Dans la même rubrique...

Échappé de la Com Ciné

Des conseils très subjectifs de l’un des membres de la Commission Cinéma

Des conseils très subjectifs de l’un des membres de la Commission Cinéma.

A ce qui suit vous pouvez réagir, nous publierons dans cette page vos remarques (ni diffamatoires, ni injurieuses, bien sur).

AOUT 2017

Du Grand Spectacle

De Spider Man à La Planète des Singes, en passant par Dunkerque (immersion totale dans la poche Dunkerquoise ou anglais et français furent littéralement poussés à la mer par les forces allemandes - l’originalité ici est que l’on ne voit jamais l’ennemi - sauf la dernière image) et Valérian, adaptation plus qu’honorable de la célèbre BD des années 70/80 par Luc Besson.

Beaucoup de reprises pour grands et petits, mais n’hésitez pas à emmener enfants ou petits enfants voir Le Grand Méchant Renard, voire Shaun le mouton (en plein air le 7 aout à Lavaldens).

Enfin ma sélection dans la diversité :

Une comédie franco iranienne qui démonte les préjugés sur la radicalisation et la façon d’y résister Cherchez la Femme.

Un Thriller qui tourne un peu sur lui même ( ! ) The Circle

Un polar au travers duquel on perçoit l’étendue des dégâts dans l’égypte actuelle (pré révolution mais c’est pas mieux depuis !) Le Caire Confidentiel.

En Iran,la femme qui résiste, à la pression sociale, familiale etc... Un vent de Liberté, très frais malgré la pollution de Téhéran...Au Mexique, la femme qui ne résiste pas à la folie, un portrait de mère abusive : Les Filles d’Avril, un drame étouffant

Enfin, un des meilleurs films cannois déjà sorti sur les écrans, AVA, à ne rater sous aucun prétexte, si vous ne pouvez en voir qu’un c’est celui-là, première œuvre et immense réussite que cet éveil à la vie d’une jeune rebelle ...

Donc de quoi se mettre sous les yeux et entre les oreilles et ne pas regretter les plages qui seront de toute façon surpeuplées ....

JUIN 2017

Bon, en mai vous avez fait ce que vous vouliez (pas terrible le résultat), alors en juin c’est un la Fête du Cinéma, deux l’occasion de se reprendre.....

En vrac et pour les 5 semaines des 31 mai, 7, 14, 21 et 28 juin.

Si vous les aviez loupés - et c’était dommage ! - , semaine 1, Aurore excellente comédie de femme pour les femmes, où les hommes riront aussi, même semaine Django, l’histoire un peu refaite de Django Reinhardt, mais la musique est tellement belle ! ou encore semaine 4 Patients autre histoire de musicien-poète (Grand Corps Malade) par lui même, avec recul et humour.

Films de genre mais excellentissimes et dépassant leur genre, semaine 1 Get Out, horreur/angoisse.gore, le racisme comme une horreur c’est évident, encore faut-il le filmer ! et semaine 2 Alien Covenant, SF /Gore, où les aliens ne sont pas forcément ceux qu’on croyait ! (à ne pas forcément rapprocher des résultats électoraux du week-end, quoique !)

Deux très bons films, frisant le chef d’œuvre pour le premier : semaine 2 Les fantômes d’Ismaël, du cinéma plein les yeux (et Charlotte !) et semaine 3, De toutes mes forces, où la crise d’adolescence n’est pas forcément hystérique et où le réalisateur laisse son spectateur libre de penser ....

Deux bonnes comédies, sauce française mais allégée pour Marie Francine, semaine 4, c’est Retour chez ma Mère mais Amour toujours, et sauce géorgienne mais légère aussi pour Une Famille heureuse semaine 5, qui de son titre à sa conclusion manie une ironie insubmersible, comme son héroïne .

Mois de biopic, en plus de Django, vous éviterez le monolithique Lindon/Rodin ou Le Roi Arthur et vous risquerez à Churchill que je n’ai pas vu .

Enfin mesdames entre L’amant double et L’amant d’un jour, semaine 4 et 5 respectivement, ne restez pas comme Buridan, consommez l’un puis l’autre, accompagnée du votre (cela fera deux entrées pour notre trésorier).

MAI 2017

En mai le cinéma retient son souffle en attendant Cannes, il est quand même toujours possible de grappiller quelques instants de plaisir entre les murs de notre cinéma ....

Semaine du 3 au 9 mai

Le monde du travail cette semaine avec Corporate et les nouvelles méthodes de management qui poussent à la dépression et au suicide, une réflexion nécessaire à l’orée d’un quinquennat qui pourrait être dur pour les travailleurs.... et Paris la Blanche où quand Ulysse ne rentre pas à la maison, Pénélope qui n’a jamais quitté son Maghreb se lance dans la grande ville pour venir le chercher, l’histoire de ceux qui on construit la France, les travailleurs immigrés, n’en déplaise à certaine !

Semaine du 10 au 16 mai

Les mauvaises herbes, histoire rocambolesque dans le grand froid canadien, où l’on peut quand même faire pousser le shit....pour la bonne cause ! De l’humour d’outre-atlantique, brut et tendre !

Semaine du 17 au 23 mai

Pour Django le réalisateur a certainement refait l’histoire mais elle est assez belle, et dans La Jeune fille et son aigle, l’histoire est vraie et belle, en même temps qu’une forte leçon de féminisme au milieu des grands espaces de Mongolie, des images fabuleuses après celles de la vallée des loups ....

Semaine du 24 au 30 mai

Après la tempête, ballade triste au Japon où il faut apprendre à se connaître soi-même avant d’être père et accepté comme tel .Famille décortiquée, entre nostalgie et humour.... Alien, faut jamais embêter la petite bête quand elle dort ! Ridley Scott reprend son idée de base et l’horreur est toujours au rendez-vous, réussi ! A voix haute, de l’éloquence comme un sport de combat, peut-être plus utile pour s’en sortir dans la vie que le judo ou le karaté : un documentaire attachant et percutant !

AVRIL 2017

La semaine du 5 au 11 avril

vous offre Patients comédie assez plaisante et autobiographie de Grand Corps Malade et ses potes tétraplégiques complets ou incomplets, une leçon de volonté dans laquelle l’humour -y compris l’autodérision-prend toute sa place. Outre-atlantique aussi l’humour va bon train et l’histoire de ce prix Nobel de littérature ni prophète ni poète en son pays, un reculé bled argentin, vous ravira : Citoyen d’honneur ou les pérégrinations d’un intellectuel entre mesquinerie et haine de ses semblables .

La semaine du 12 au 18 avril

est consacrée à la jungle . Celle de la capitale dans Paris, pieds nus du couple belgo-canadien Abel et Gordon, toujours inspirés joyeusement et loufoquement de Chaplin et de Tati. On est tous des handicapés de la vie mais cela n’empêche pas d’aimer son proche. Celle de l’Amazonie pour James Gray et sa The Lost City of Z , quête impossible d’un explorateur, à la recherche d’une civilisation première et certainement de lui même. En filigrane un merveilleux portrait de femme, pas de marin mais c’est tout comme !

La semaine du 19 au 25 avril

puisque c’est les vacances emmenez plutôt vos enfants ou vos petits enfants au cinéma : deux films, tout comme la semaine suivante deux films dont une matinale spécialement dédiée aux familles La Fontaine fait son cinéma le mercredi 26 avril à 10h15.

La semaine du 26 avril au 2 mai

La belle Juliette Binoche se prête à la comédie dans Telle mère, telle fille, et si vous l’appréciez autant que moi vous irez, ses choix étant rarement décevants en matière de rôle. Enfin le Canada vous permettra de retrouver l’acteur de Mommy dans 1’54, titre énigmatique, mais film plongeant au cœur des problèmes sociaux actuels (harcèlement à l’école, suicide, homosexualité ) et qui malgré un cahier des charges assez lourd reste pétri de tendresse et de justesse (un cousinage évident avec Xavier Dolan).

Pour finir je vais me permettre un coup de gueule à l’encontre d’un film qui fera sûrement le bonheur du box-office : par l’auteur de Qu’est ce que j’ai fait au bon dieu, le très mal nommé Bras Ouverts qui, sous couvert d’humour au xième degré, stigmatise à coups de lieux communs et de préjugés xénophobes et racistes, une population de roms, déjà trop cible de haine et de mesures policières. Reprenant le mot de Desproges « On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui », je boycotterai cette comédie de caniveau et ne vous invite pas à aller la voir.

MARS 2017

Programmation exceptionnelle ce mois de mars à LMCT !

Semaine du 8 au 14 mars

Vous serez américain comme le cinéma qui nous réserve parfois ses plus belles surprises (comme ses pires aussi), en découvrant d’une part le nouvel opus de Jeff Nichols (Mud), Loving l’histoire simple d’une révolte simple, juste pour l’amour de l’autre, la volonté de vivre l’autre et de passer par-dessus les barrières d’un monde archaïque et d’autre part le premier film entièrement noir du pays du racisme Moonlight, sous la lune les noirs sont bleus, tout récemment vainqueur de l’Oscar à Hollywood, damant le pion à La la Land et Manchestyer by the Sea, excusez du peu et ce n’est pas usurpé, la peinture en trois tableaux d’une émancipation magnifique pour échapper là encore au monde du passé .

Semaine du 15 au 21mars

Vous serez espagnols ! En effet l’excellent festival étudiant grenoblois Ojo Loco nous propose deux pépites : Eva ne dort pas curieuse errance du cadavre d’Eva Peron au fil des décennies et des dictatures, quand, même mort, l’esprit révolutionnaire terrorise les pouvoirs. Une leçon d’histoire magnifiée par le délire avec un Denis Lavant au paroxysme de la folie ! Amama, là nous somme au Pays Basque et rural, et comme partout quand les familles vacillent, les grand-mères tiennent la barre, fermement ! Une ode au silence, celui qui raffermit et qui consent à laisser partir la génération future.

Semaine du 22 au 28 mars

Vous serez social ! Atrocement avec Noces Un réalisateur belge se penche sur la rigidité de la culture familiale pakistanaise, celle du mariage forcé, jusqu’au bout de l’horreur et de la stupidité. Poétiquement avec De l’autre côté de l’espoir, le finlandais Kaurismaki, analyse une fois de plus le choc des cultures et des destins à travers le parcours d’un émigré syrien au clean pays finlandais Vous pourrez aussi choisir le fantastique et le polar mélangés dans A cure for Life, des accents orwelliens qui vous glaceront les sangs....pour un conte philosophique : la fin du monde ou sa rédemption (heureusement qu’il y a des héros !)

Semaine du 29 mars au 4 avril

Cette semaine encore vous pourrez choisir le fantastique et le polar mélangés, avec un zeste d’angoisse et d’horreur en plus !, SPLIT les pérégrinations machiavéliques d’une personnalité multiple (23 personnalités réunies en un seul corps ! Si ça c’est pas de la schizophrénie !)

Enfin, saluons nos confrères itinérants qui portent le cinéma jusque dans nos villages et nous permettent de voir ce mois-ci deux films que les salles grenobloises ou isérois ont ignorés : L’écran vagabond du Trièves Fukushima, mon amour le 24 mars à 20h30 à St Jean d’Hérans (mais pas que, autres dates disponibles sur leur site http://www.ecranvagabond.com/)

Cinévadouille et son rendez-vous, Festival Autour du Monde (voir programmation intégrale sur le site http://cinevadrouille.pagesperso-or...), propose là encore un inédit le 31 mars à 20h à Chauffayer (Salle des Fêtes) soirée autour des migrants : un court -métrage (Migrants 6mn), suivi d’un spectacle vivant (l’Exil du nez 30mn), puis du documentaire Un Paese di Calabria rapportant une histoire d’intégration exemplaire, de nature à faire taire tous les grincheux nationaux.

Venez avec vos yeux, « le cinéma fait lever la tête » (JLG)

JANVIER 2017

Deux mille chaises + un fauteuil....au Ciné Théâtre de La Mure pour voir :

Semaines des 11 et 18 janvier

Nous arrivent en ce début d’année les films qui ont marqué la fin de la précédente et donc deux grands chocs de ce mois de décembre

Premier Contact tout d’abord , ne vous laissez pas rebuter par le genre SF si vous n’êtes pas fana, c’est beaucoup plus que ça !, Denis Villeneuve ( rappelons-nous « Incendies » ) déjoue tous les attendus et les poncifs du genre, d’accord les extra-terrestres sont là, mais ils ne sont pas agressifs et pourraient même nous fournir les clefs de l’avenir de l’humanité, et comme les hommes sont trop cons pour comprendre , c’est une femme linguiste qui déchiffrera le message, au prix du plus beau paradoxe temporel....de tous les temps !

Manchester by the Sea ensuite, idem, ne vous laissez pas rebuter par le genre mélodrame si vous en êtes écœurés, c’est beaucoup plus que ça ! Un film sur la perte certes, et sur l’absence à soi même, mais dans une forme cinématographique rarement vue outre atlantique, des images qui vous resteront longtemps et une musique utilisée à pleine émotion (mention particulière à l’adagio d’Albinoni qui scande la scène centrale), 2h 20 qui vous essorent...

Vous compléterez la première semaine en rendant hommage à la poésie soit avec Paterson (Jim Jarmush sur les traces d’un poète américain), soit avec Neruda, véritable anti biopic venu du Chili pour nous révéler que finalement Pablo était un sacré coco ! (jeu de mot !) et que son malheureux pays n’était pas à une dictature près (ici au sortir de la seconde guerre, donc une sorte de répétition générale pour Pinochet et consorts)

Vous complèterez la seconde semaine en picorant dans la 3e édition de Docs, docs.... Entrez !, la semaine du documentaire, lutte sociale et nouvelle école, banlieue colorée et danse rebelle, transition politique et énergétique ou ...........à la découverte de La Vallée des loups que je vous recommande chaudement : un film magnifique en pleine nature, sans concession et sans faute de goût, par un fou de nature et de cinéma déjà auteur d’une ode à l’aigle (Vertiges d’une rencontre).
Ne le ratez pas mardi 24 à 20 heures, il sera là pour répondre à vos questions.

Semaine du 25 janvier

Your Name une histoire fantastique comme aiment à nous le raconter Myasaki et, ici, ses successeurs. Deux jeunes gens (un garçon et une fille) se retrouvent mutuellement dans le corps de l’autre.....

Et comme c’est la semaine de l’animation Louise en hiver une réflexion toute en teintes douces sur la vie, la vieillesse, l’amour, le souvenir et son absence.

Semaine du 1er février

Primaire Beau film sur l’école et ses problèmes, la conviction, le courage et l’amour qu’il faut aux enseignants pour survivre à la « fosse aux lions », et où les lions ne sont pas forcément ceux que l’on croit.
Tourné dans une école primaire grenobloise .

Bon mois, bons films !

DECEMBRE 2016

.... on va aller !

Semaine du 7 au 13 décembre

Planetarium grand film par l’auteure de Grand Central, 2 sœurs spirites et un producteur de cinéma possédé, pour une mise en abymes sublime .

Semaine du 14 au 20 décembre

Une soirée pour vous ravir le jeudi 15 à partir de 19h, suivez Bertrand Tavernier dans son Voyage à travers le cinéma français, que du bonheur, 3h15 dont pas 1 minute d’ennui !

Semaine du 21 au 27 décembre

Baccalauréat, le cinéma roumain fait feu de tout bois cette année , dernière livraison après Sierranevada, Illégitime et Dogs ne ratez pas un des films primés de Cannes

Semaine du 28 au 3 janvier

Cigarettes et Chocolat Chaud, comédie très sympa et pas bêtifiante du tout sur la différence et la tolérance, de quoi faire provision pour les mois à venir ; De Kervern en ours bourru, comme d’hab et Camille Cottin pas si conne que ça !
ou pour les accros Rogue One le dernier épisode de Star Wars

Semaine du 4 au 10 janvier

Personal Shopper, Assayas dans le monde de la mode, peuplé de fantômes , pas encore vu... mais rien que pour Kristen Stewart ....!

Ma’ Rosa, on étouffe à Manille et la caméra virevolte ! Prix d’interprétation féminine à Cannes.

NOVEMBRE 2016

En attendant la livraison de En amont du fleuve de Marion Hänsel sur un scenario de Hubert Mingarelli (sortie prévue en mai 2017).

Vous ne raterez sous aucun prétexte, brouillard, trop de soleil, trop froid, trop tard (pas pensé que) !

semaine du 2 au 8 novembre

La fille inconnue la sobriété selon les Dardenne, la culpabilité pour tout le monde.

Juste la fin du Monde, l’excellence selon Dolan, c’est à dire pas sobre du tout, sur un texte de Lagarce Jean-Luc, prenant et envoutant ! (Reprogrammé semaine du 30 au 6 décembre).

Ma vie de Courgette, quand la vie n’est pas sympa, les petits bouts de courage et d’intelligence s’agglomèrent, une leçon ! L’animation française au sommet. (Reprogrammé semaine du 30 au 6 décembre).

semaine du 9 au 15 novembre

Captain Fantastic, l’exacte inverse de Captain America.

Moi, Daniel Blake ! La résistance selon Ken Loach (reprogrammé le 19 dans le cadre des « Résistances »)

Miss Peregrine et les enfants particuliers, le retour de Tim Burton à ses amours fantastiques, et à notre admiration.

semaine du 16 au 22 novembre

Réparer les vivants d’après Maylis de Kérangal - pas encore vu, alors comme moi prenez le risque

Les 4 films de Résistances sont exceptionnels, le Loach déjà cité, une Histoire de la Sécu pleinement et politiquement instructive, un film égyptien datant de plus de 20 ans mais plein d’actualité, mais surtout Aquarius (reprogrammé la semaine suivante) un étonnant portrait de maitresse femme à la brésilienne, une résistance moderne au monde qui nous broie.

Dernière nouvelles du cosmos film documentaire sur l’extraordinaire Babouillec, autiste, poétesse et philosophe, dont un spectacle théâtral est inspiré (Hexagone « Forbidden di Sporgersi »).

semaine du 23 au 29 novembre

Outre Aquarius déjà cité, 2 séances le 28

Le Ciel attendra, excellent nouveau film de la réalisatrice des Héritiers, l’an dernier, sur la radicalisation des jeunes (jeunes filles ici) et sur la déradicalisation, entre glaçante perspective et espoir, malheureusement très actuel et réaliste (mais très bien fait).

Snowden biopic sur un autre résistant de notre époque, toujours exilé en Russie et recherché par toutes les barbouzes mondiales, l’exemplaire histoire d’un lanceur d’alerte.

semaine du 30 novembre au 6 décembre

Si vous les avez manqués, reprises de Ma Vie de Courgette, Juste la Fin du Monde et La Sociale (documentaire qui vous permettra de savoir qui était celui qui a donné son nom à une des principales rue de St Martin d’Hères et ce que nous lui devons : Ambroise Croizat).

En gras et italique le panier gourmand et économique du cinéphile de ce mois.

SEPTEMBRE 2016

Concoctée par votre programmateur préféré la rentrée sera CHAUDE !

semaine du 7 au 13 septembre

Pour ceux qui n’étaient pas là cet été le merveilleux La Tortue Rouge à ne pas rater, pour TOUS , de 7 à 77 ans, l’animation de l’année

Et en provenance directe de Cannes où il a été injustement oublié au palmarès malgré une critique quasi unanime et une ovation du public, 2h42 de pure folie avec Tony Erdman, la folie d’un père voulant retrouver l’amour de sa fille en débarquant dans sa vie comme dans un jeu de quilles !

semaine du 14 au 20 septembre

Petit couplet féministe venu d’un pays où ce n’est pas franchement tendance, venez jubiler devant Déesses indiennes en colère. Machos s’abstenir !

En fin d’année nous aurons un vrai film « nature » sur le loup (du Champsaur), en attendant Guiraudie nous livre une fable des temps modernes qui, malgré son titre Rester Vertical, renverse tout, des bonnes manières aux genres ; là encore jubilation assurée devant une leçon de cinéma qui n’horrifiera que les bégueules !

semaine du 21 au 27 septembre

Après la recherche de la fille par le père (Tony Erdman), la recherche du père par Le Fils de Jean. Belle tragédie au pays des caribous où la vie, mais surtout la mort, réservent des surprises ...

Faux film féministe, mais vrai film de femmes qui vivent, agissent et parlent comme des hommes, polar aux accents de banlieue, Divines, un film « qui a du clito » !, c’est pas moi qui le dit mais la réalisatrice, y compris à la tribune de Cannes où elle récolte la Caméra d’Or.

semaine du 28 septembre au 4 octobre

François Ozon réalise un film sur le trauma de la guerre, mais du point de vue de l’Allemagne et des allemands : Frantz

Enfin pour clore ce beau mois, venez conjuguer plaisir cinématographique et solidarité avec les réfugiés lors de la soirée organisée autour de Simshar, magnifique film venu de Malte, de la méditerranée donc, où meurent tous les jours les principes de notre civilisation (partenariat CARM/LMCT) : le 29 septembre dès 19 heures

JUILLET 2016

Semaine du 29 juin

Comédies de rattrapage : Ma Loute et Julieta pour les distraits, les perdus, les déconnectés, deux films qui divisent mais deux films qui emportent qui veut bien se faire emporter

Semaine du 6 juillet

Diamant noir comédie noire à Anvers, pays des diamantaires, un polars aux accents des tragédies grecques, le renouveau du cinéma français avec un premier film magistral.

La nouvelle vie de Paul Sneijder, comédie blanche au Canada où le Paul du titre essaye de remettre un peu de vie dans sa vie, réflexion douce amère sur le sens que l’on lui donne (à la vie).

Semaine du 13 juillet

Tout de suite maintenant, comédie glaciale dans le monde de la finance, un casting de rêve et au top entre recherche du père et de la réussite sociale.

Semaine du 20 juillet

Au cœur de l’été, ne pas rater cette comédie féérique et animée La tortue rouge. Un naufragé prisonnier de son île et de ses rêves. Pour tous adultes et enfants, le plus beau film d’animation de ces dernières années

Comédie latino au cœur des favelas brésiliennes, l’éducation populaire par le piano, Le professeur de piano ou la lutte sociale n’est pas toujours là ni comme on l’attend.

Enfin comédie de (l’ascension et de) la chute avec L’Outisder : vous comprendrez peut être enfin la perversité diabolique de la bourse, l’addictologie chez les traders et l’impalpable de l’argent fictif (d’après l’histoire de Jérôme Kerviel).

Semaine du 27 juillet

Repos

JUIN 2016

Donc deux rubriques ce mois-ci : les films en provenance directe du récent festival de Cannes d’une part et La Fête du Cinéma d’autre part du 26 au 29 juin

Cannes

Ma Loute, semaine 1 du 1er au 7 juin, Bruno Dumont dans la lignée de sa série « Petit Quinquin » nous immerge en plein affrontement des classes : sur la Côte d’Opale, bourgeois et pêcheurs du cru rivalisent de tares . Une comédie loufoque et déjantée où Fabrice Luchni et Juliette Binoche, à contre emploi total, campent une fratrie légèrement dégénérée !

Julieta et Café Society, semaine 2 du 8 au 14 juin, Almodovar, au travers d’une relation mère/fille chamboulée par le destin, illustre l’universalité de la culpabilité et de la fatalité, une tragédie moderne ! Un film tiré au cordeau ! et Woody Allen, toujours égal à lui même, dans un film d’époque racontant comme souvent l’histoire d’amour ratée entre la lumineuse Kristin Stewart et Jesse Eiisenberg en parfait portrait du maître .

Money Monster et Elle (et encore Café Society) semaine 3 du 15 au 21 juin, Jodie Foster nous fait vivre la fameuse Crise (des sub primes) dans une atmosphère tragico-comique de show télévisé où le ridicule ne tue pas Georges Clooney mais presque ! Et le revenant Paul Verhoeven (10 ans d’absence) qui avec son casting franco-français retrouve l’atmosphère de Basic Instinct avec une phénoménale Isabelle Huppert au mieux de sa forme et de sa perversité /

The Nice Guys (et encore Julieta), semaine 4 du 22 au 28 juin, comédie policière déjantée avec Ryan Gossling en détective nullissime et Russell Crowe en générateur de bons mots : hilarant !!

Fête du Cinéma : 4 Euros la place !

C’est fait aussi pour rattraper les films que l’on a pas eu le temps d’aller voir et dont tout le monde nous a parlé :

Good Luck Algeria et Nous trois ou Rien mais surtout le Césarisé Fatima et le succès public inattendu dans la mouvance Nuit Debout, Merci Patron !

Mais vous pouvez aussi y intégrer, selon vos goûts, The Nice Guys et Julieta (déjà cités), Warcraft pour les accros à l’Univers des Orques et du Jeu de Rôle, La Passion d’Augustine ou la résistance chez les bonnes soeurs, et encore Le Voyage de Fanny, l’occupation à hauteur d’enfants (sympa pour les jeunes et ados ...) et enfin Hana et Alice mènent l’enquête un film d’animation venu du Japon qui rappelle furieusement l’univers de Myazaki.

Soit dix films pour le prix de 6 ou 7 !

MAI 2016

Un spécial troupes d’abord !

Ces derniers mois, je vous ai souvent donné une bonne raison pour voir trois films (au moins), ce mois-ci ce sera carrément trois bonnes raisons pour voir 1 film :
LES OGRES
raison 1 : c’est certainement un des meilleurs films français de ces dernières années
raison 2 : il met en scène de façon magistrale la vie d’acteurs, démesurée, exagérée, impudique, extravertie etc......
raison 3 : sensible à mes arguments la direction de LMCT l’a couplé avec la biennale de théâtre, ce ne sera pas le repos du chasseur mais le repos de l’acteur, deux séances seulement le lundi suivant la dite biennale et à 4 euros s’il vous plaît ! Ne dites pas que vous serez fatigués, personne n’y croira et aucune excuse ne sera acceptée !!!
Attention quand même de bien prendre votre respiration, c’est deux heures trente de folie tournoyante et sans entracte !

Semaine du 4 au 10 mai 2016

Five Pour une fois la comédie française fait dans l’originalité en traitant de la jeunesse, il est vrai ici mise en scéne par un jeune, et magistralement interprêtée par un quintet d’acteurs emmené par l’excellent Pierre Niney (DLCF*)

Sunset Song Plus romantique tu meurs ! Belle romance du temps où l’immigration était porteuse d’espoir, amours contrariés ou magnifiés.

Quand on a 17 ans Téchiné n’est pas mort et c’est une bonne nouvelle ! De l’éveil du sentiment amoureux : un film touchant et sensible dans des paysages qui rappellent les notres. Une interprétation magistrale des deux jeunes acteurs et de Sandrine Kiberlain en mère intelligente

Semaine du 11 au 17 mai 2016

L’avenir Oh la belle (Isa) Huppert, magistrale en prof de philo que tout abandonne (sa mère meurt, son mari la quitte, son éditeur la snobe....) et vous venez d’apprendre ce que veut dire spoiler !

Les bois dont les rêves sont faits, gigantesque documentaire (2h30) ou la société vue à travers ces originaux qui la fuient en fréquentant assidument le bois de Vincennes : pas une seconde d’ennui, du carpiste invétéré aux cyclos addicts en passant par les amateurs d’amours tarifés et celles qui en proposent, les mateurs et les exhibitionnistes, les fêtes traditionnelles coréennes and son on.....

Semaine du 18 au 24 mai 2016

D’une pierre deux coups Quand la mère s’en va, la tribu d’enfants est perdue désarçonnée, surtout si un pan caché de son passé casse l’image de la mère courage et sacrificielle.... D’une justesse épurée, un film aux accents méditérannéens.

Fritz Bauer, un héros allemand Toujours à se débattre avec son passé nazi, l’Allemagne honore encore ici un incorruptible procureur traquant les nazis aux quatre coins du monde. Facture classique pour un épisode méconnu de l’histoire moderne.

Les Malheurs de Sophie Alors là pour le coup pas classique du tout cette adptation très créative des œuvres de la Comtesse de Ségur (Les Malheurs de Sophie et Les petites filles modèles), des enfants filmés dans toute leur imagination parfois cruelle mais toujours drôle et visant à s’évader d’un monde furieusement ennuyeux !

La gueule du loup Ciné + Laisser les fusils à l’entrée, vous ne verrez pas le loup qui joue l’arlésienne, mais une galerie de portraits de personnages hauts en couleurs, défenseurs ou contempteurs du canidé. Débat prévu, avec passion et avec le réalisateur...

Semaine du 25

Dalton Trumbo Peu glorieuse époque américaine que celle du mac-carthysme et de la chasse aux sorcières vue à travers la résistance entêtée d’un des plus grands scénaristes de l’histoire du cinéma, qui passa quand même par la case prison à cause de ces idées. Toute ressemblance avec une future époque française serait le fruit du hasard...

Les habitants Discussions de bistrot dans une caravane. Depardon sillonne la France et nous rapporte les propos pas toujours très profonds de ces habitants.

Les Ogres, bon là j’ai déjà tout dit.

Midnight special, deuxième chance de voir ce film prophétique.....

* De La Comédie Française

AVRIL 2016

Semaine du 6 au 12 avril 2016

Même au Canada l’adolescence est une aventure hasardeuse dont vous ne résoudrez pas les mystères mais dont Sleeping Giant vous apportera quand même quelques clefs.

La musique et plus précisément le chant comme étendard d’une révolte féministe tentant d’essaimer en Iran, No Land’s Song refuse la dictature de la négation des plaisirs et de l’extinction des désirs.

Enfin séance de rattrapage ultime pour le meilleur film de l’année 2015 - Césarisé pour cela - FATIMA ; le rôle de mère en tant que noblesse

Semaine du 13 au 19 avril 2016

(Semaine Il Faut à tout prix sauver mon fils, en deux variantes )

Midnight Special Inquiétant thriller sur les routes américaines. Quel est cet enfant que l’on enlève ? qui le poursuit et pourquoi ? Un polar/SF bien troussé qui développe une fois de plus la relation père /fils, la responsabilité de l’un envers l’autre et réciproquement, par l’auteur de « Mud ».

Room Haletant huis-clos pour sa première partie relatant la vie confinée d’une mère et son fils enfermés dans un garage, transformé en pièce de vie unique, depuis 7 ans, par leur ravisseur, Room s’épanouit ensuite en un dur apprentissage et une adaptation au monde pour un enfant qui ne l’a jamais connu et une mère qui l’a oublié. Impressionnant !

Semaine du 20 au 16 avril 2016

Good luck Algeria Comment dit-on Feel good moovie en français ? et en algérien ? En tout cas belle aventure que celle de Sami Bouajila skis de fond aux pieds, bons sentiments certes, et cousu de fil blanc, mais il en faut pour nous rasséréner ces jours-ci. Rafraîchissant !

Brooklin Entre Irlande et New York , ballade romantique pour une immigrée déchirée entre deux pays et deux amours, qui choisira bien sûr l’avenir et la vie.

Semaine du 27 avril au 3 mai 2016

Rosalie Blum Noémie Lvovsky aux manettes et le monde devient fou-fou. Excellent scenario et excellents moments vous passerez en compagnie d’une galerie de personnages savoureux et romantico-déjantés. Très belle comédie.

Merci Patron ! Ah, monsieur le programmateur Merci de cette séance de rattrapage qui vous évitera de descendre à Grenoble où le seul cinéma qui l’a programmé ne désemplit pas (meilleure recette de province !)

Sélection restreinte et ultime : Midnight Special et Room, + Rosalie Blum pour alléger l’atmosphère.

Séances de rattrapage obligatoire : FATIMA et Merci Patron ! (Vous aurez l’air moins idiot au boulot en les ayant vus !)

POUR LES AMOUREUX DU CINEMA ET DE CATHERINE DENEUVE (ll en reste), soirée danse musicale ce Jeudi 7 avril à 20 heures autour des DEMOISELLES DE ROCHEFORT

MARS 2016

Il est sympa et dense ce programme, si dense qu’il vous obligera à faire des choix !

Semaine du 9 au 15 mars

A peine deux semaines après sa sortie et une semaine après avoir été oscarisé Di Caprio arrive sur nos écrans : The Revenant, aventure dans le grand Nord des trappeurs, film de survie et de vengeance, numéro d’acteur dans les grands espaces, indiens et ours à volonté !. ( passe deux semaines consécutives )

Tout autre chose avec Tempête, cinéma vérité en Bretagne, les démêlés de vie d’un pêcheur, touchant de vérité et de réalisme

Et pour se dépayser Les Délices de Tokyo histoire toute en demi-teinte, conte philosophique sur le thème de On a toujours besoin d’un plus petit (ici, vieux) que soi.

Semaine du 16 au 22 mars

FETE DU CINEMA EN FIN DE SEMAINE DIMANCHE LUNDI MARDI

Le choc jouïssif de l’année, la revanche des petits anonymes sur les grands méchants patrons, Merci, patron ! un travail journalistique à la Mickaël Moore de François Ruffin, un humour percutant qui tend à prouver que le ridicule peut encore tuer.

La Vache, primé au festival de la comédie de l’Alpe d’Huez il ya quelques semaines, remake improbable de La vache et le prisonnier dans une France de bons sentiments : c’est naïf, c’est gentil, mais il fait du bien ce périple d’un paysan algérien et de Jacqueline sa vache pour concourir au Salon de L’Agriculture (décidément très à la mode ce mois-ci mais on en reparlera....).

Toujours comédie avec Ave César, dernier né des frères Cohen, satire inconvenante du monde hollywoodien et Clooney en jupette !

Enfin plus grinçant, très beau portrait de femme, en voie de (auto) libération. Nahid nouvelle variation sur les conditions de dépendance faites à la femme dans l’Iran actuel .

Semaine du 23 au 29 mars

Revoilà le Salon de l’Agriculture avec Saint Amour, road-moovie sur la route des vins avec Depardieu sobre (dans le jeu, pour le reste suis pas sûr !) et Poelvoorde dirigés par le duo déjanté de Groland (Delepine / Kervern) et accompagné d’une kyrielle d’acteurs invités à la fête (de Vincent Lacoste à Céline Salette en passant par Chiara Mastroïanni et Houellebecq - si, le vrai !)

L’Histoire du géant timide, réalisme à l’anglaise type Ken Loach, bien fait mais sans aspérité

Les Innocentes, épisode atroce de la seconde guerre mondiale, en tout cas de ses dernières heures, magnifiquement interprétée par Lou de Laâge, de magnifiques actrices polonaises et un Vincent Macaigne surprenant à contre emploi. Un film qui glace l’âme et réchauffe le sang....des justes .

Semaine du 30 mars au 5 avril (semaine belge)

Belgica, belgitude, bière et démesure, amour et haine fraternels, la musique est belle et entraînante, la folie gagne la partie et réconcilie les irréconciliables !

Des Nouvelles de la planète Mars, encore Vincent Macaigne, mais ici en contrepoint complètement barge d’un super raisonnable François Damiens, employé de bureau exemplaire qui voit sa vie se dérégler et s’aperçoit qu’il était plus mort que vivant !

Donc ça fait douze films conseillés, temps et budget obligent (même si la Fête du Cinéma les 20-21-22 peut vous permettre d’en voir trois pour le prix de deux !) vous irez pas tout voir, alors ma sélection incontournable : Merci Patron ! / Les Innocentes / Tempête

FEVRIER 2016

Il faudra en prendre et en laisser

semaine du 3 au 9 février

Les chevaliers blancs sont-ils des salopards et inversement ? A vous de juger : en tout cas Joachim Lafosse, voire Vincent Lindon, ne vous y aideront pas en rapportant l’histoire très brute de décoffrage de l’arche de Zoé, toutes les questions subsisteront à la sortie de la salle, avons nous affaire à des héros modernes qui font le Bien ou à des illuminés autocentrés qui n’agissent que selon leur propre ego ?

Quant aux Huit Salopards, si ce n’est déjà fait, allez prendre auprès d’eux une vile leçon de comment faire le Mal.

semaine du 10 au 16 février

Quelle richesse ! Alors il faudra choisir entre :

CAROL, belle histoire de séduction et d’amour au cœur d’une Amérique rigoriste, pas prête à accepter le mariage pour toutes ! Une leçon de cinéma au service de la liberté.

CREED, la saga de Rocky se perpétue avec un Stallone épicier et malade, amphytrion d’un jeune black. Savoureux !

Tout en Haut du Monde, un film d’animation pour tous sur la quête insensée d’une petite garçon manquée pour réhabiliter son grand-père découvreur du Grand Nord. Belle histoire et belles images !

semaine du 17 au 23 février

Le Grand Jeu ou le polar politique français régénéré, loin de l’apolitisme hypocrite primé à Cannes, tirée de l’affaire de Tarnac, une fiction avec des personnages troubles et mal dans leur baskets. Une très grande composition de personnage par Melvil Poupaud et un Dussolier à son meilleur Chocolat, un acteur (Roschdy Zem) dirige des acteurs (Omar Sy et James Thierrée) pour nous raconter l’histoire édifiante et étonnante d’un clown ...noir !

semaine du 24 au 1er mars

Rediffusion de Tout en Haut du Monde

et histoires de vieux couples cette semaine

45 ans n’ont pas suffi à Charlotte Rampling et son conjoint pour évacuer la jalousie ni l’amour. Déchirant et beau !

Bouli Lanners et Albert Dupontel hésitent à se compter dans Les Premiers (ou) les Derniers, belgitude, décors d’apocalypse et surréalisme garantis pour un polar hors-norme.

semaine du 2 au 8 mars

Biopic légèrement irrespectueux du pape de l’informatique Steve Jobs

ou pour pour ceux qui ont répondu présent à notre semaine du documentaire (plus de 500 entrées) , La ligne de Couleur, en présence de sa réalisatrice, des témoignages, en rebond du film Chocolat, sur la difficulté de n’être pas de la bonne couleur, en France aujourd’hui. Séance unique le 2 mars à 20h et à 4 euros (poil au zeugma !) .

Enfin notre désormais rendez-vous Rembobinons, séance unique le 11 mars à 20h, en hommage à Ettore Scola, La nuit de Varennes fut longue pour le roi, les débats seront riches et fournis avec Eric Marchand, et donc celle de La Mure sera courte pour les spectateurs....( tarif unique 4 euros )

Trio magique / le « NE PAS RATER » du mois : CAROL / TOUT EN HAUT DU MONDE / 45 ANS

JANVIER 2016

Je me dis parfois que je vous conseille trop de films, alors si la question qui tue c’est « Donne moi les trois films qu’il ne faut pas rater ce mois-ci ? », la réponse sera :

Le Goût des Merveilles, comme son nom l’indique merveilleuse comédie, sorte de Rainman à la française, la séduisante veuve Virginie Effira tombe sous le charme d’un inadapté social, à la suite d’une rencontre « percutante » ; une composition de personnage hors-norme par un acteur Comédie Française (Benjamin Lavernhe).

Au delà des montagnes, portrait de la Chine de 1999 à 2025, à travers un destin de femme, grandiose et émouvant , peut être le meilleur film de 2015.

Les Huit salopards, peut-être le meilleur film de 2016, car on ne prête qu’aux riches, et un Tarantino reste toujours un évènement. Western déjanté garanti !

Toujours en trio si le mois dernier tu as raté Un + Une , Belle et Sébastien et Star Wars, notre programmateur te les reproposes dès la première semaine de janvier, mais à choisir vas plutôt voir Star Wars qui reste à un niveau correct (et ça te permettra de comprendre les épisodes suivants !) alors que Lelouch et Belle et Sébastien frôlent les abîmes ! et sont tout à fait évitables.

Bien sûr du 20 au 26 janvier tu complèteras ta visiothèque de Documentaires : seconde édition de « Docs Docs , entrez ! » avec un tour du monde du Chili à la Norvège en passant par le Cambodge et ce qui se fait de mieux en France : refaire le Monde avec Mélanie Laurent (Demain) refaire l’Ecole avec Clara Bellar (Etre et Devenir) ou refaire la banlieue avec Jean Pierre Thorn (Faire kiffer les anges)

Lot de consolation pour les accros , films très honorables : La vie très privée de Mr Sim, Le Nouveau, les Suffragettes

Et enfin ceux que « vous ne viendrez pas dire que je ne vous l’avais pas dit », films très particuliers pas sans intérêt, mais moi j’ai regretté de les avoir vu : Francofonia, Cosmos, The big short

DECEMBRE 2015

Si on passe la semaine en cours où vous aurez pû voir Avril et le Monde Truqué, Elser un héros ordinaire ou Seul sur Mars (voir notre site Facebook).

Pour la deuxième semaine (du 9 au 15 décembre) vous aurez le choix entre : Histoire de fou, le dernier opus de Robert Guédiguian qui à travers l’histoire de (son) à Arménie livre un véritable plaidoyer contre la guerre et la violence, cela fait un bien FOU aussi et, quand les cinéastes s’engagent, n’hésitons pas à nous engager derrière eux !

L’Hermine, histoire de justice et d’amour pour Fabrice Luchini, toute en finesse ici, primé à la Mostra de Venise - meilleure interprétation masculine - ainsi que le film - Grand Prix du Jury - et si vous connaissez bien Brassens, disons que c’est une histoire de « passante ».

Semaine du 16 au 22 décembre 2015

Chien philosophe (Snoopy) ou chien de berger (Belle) : préparer Noël en découvrant Snoopy et les Peanuts en avant-première, il sera repris ultérieurement, ou le deuxième épisode de Belle et Sébastien, pourquoi pas ? mais semaine d’action à LMCT avec :

007 SPECTRE en séance de rattrapage , une très bonne livraison de l’éternel , « - Monsieur...? - Bond, James Bond . » ou encore mieux

RAMBO, le vrai, l’unique, l’originel, que peu ont vu sur grand écran et en version originale ! Alors venez constater que loin de ses pales répliques ultérieures, ce premier film de la série est une critique en règle de la belle Amérique......et un film d’action phénoménal de violence anti-sociale !!

Semaine du 23 au 29 décembre 2015

Laissez vous glisser vers la fin de l’année en compagnie de deux très bon films : Le puissamment autobiographique Mia Madre où Nanni Moretti s’introspecte en réalisatrice partagée entre son dernier tournage et l’agonie de sa mère, le meilleur film de l’année pour certains cinéphiles, en tout cas une somme de tendresse et de mélancolie qui retournera les plus insensibles d’entre nous.

Les Cowboys qui, comme son nom ne l’indique pas, pas plus que la présentation faite dans les médias, est un très beau film sur la tolérance, qui nous prend sans arrêt à contre-pied et nous délivre par des incertitudes.

Semaine du 30 décembre 2015 au 5 janvier 2016

Dernières lueurs de l’année et pré-réveillon avec bien sûr Star Wars enfin sur le plateau matheysin, mais aussi début d’année en fanfare avec :

21 Nuits avec Pattie et je peux vous dire que ça chauffe dans les Pyrénées des frères Larrieu avec une Karine Viard pornographe qui se raconte, Isabelle Carré hyper - coincée qui l’écoute et une kyrielle de personnages déjantés, du fantôme de la mère morte au sosie d’un prix Nobel....

Béliers, venu d’ISLANDE , à ne pas rater pour l’air de ressemblance si jamais neige et bise s’invitent sur le plateau. Une histoire douce-amère de haine et d’amour contée avec tendresse et humour.

Enfin Je suis un soldat, titre doublement trompeur qui n’est pas un film de guerre, ni une autobiographie de Johnny, mais une belle histoire, un peu noire, dans le milieu du commerce (et du traffic !) de chiens à la fontière belge, et qui offre deux beaux rôles à Louise Bourgoin -ex miss météo de Canal+ - et JH Angalde - ex-roller chez Besson (Subway).

JUILLET - AOÛT 2015

Vacances de l’Échappé de la com ciné.

JUIN 2015

Vous viendrez par amitié voir Ladygrey de Alain Choquart, je dirai transposition plus qu’adaptation des deux romans d’Hubert, La dernière neige et Une rivière verte et silencieuse, vous viendrez de préférence le mercredi 3 à 20 heures, pour peut être échanger avec le réalisateur et Hubert Mingarelli présents ce soir là, sur un film déstabilisateur au sens que de deux beaux objets (les romans d’Hubert) Alain Choquart, par la magie du cinéma en a fait un troisième tout à fait différent mais tout aussi fascinant.

Peu importe de trahir ou de tromper l’Histoire disait Alexandre Dumas pourvu qu’on lui fasse des beaux bâtards !

Pour la suite du mois, assez pauvre, quelques sorties cannoises.... mais les distributeurs hésitent avant l’été !, Ne ratez pas quand même :

Semaine du 3 au 9 juin 2015

La Tête Haute qui a fait l’ouverture de Cannes, sorte de Mommy à la française, sans la magie ni la folie de Dolan.

Titli, une chronique indienne qui lui était à la Semaine de la Critique, mais en 2014, méandres insoupçonnés des cerveaux des producteurs et diffuseurs ! un très bon polar sur fond de portrait d’une Inde moderne, pas manichéen pour une roupie (tous les hommes sont des crapules) et assez féministe (l’avenir appartient aux femmes et la rédemption ne passe que par elles ...)

Semaine du 10 au 16 juin 2015

La loi du marché qui a valu le prix d’interprétation cannois à Vincent Lindon et c’est pas volé !, dans un étouffant huis-clos social « à la Dardenne » où le monde est pire que pire !

Trois souvenirs de ma jeunesse le préquel de Arnaud Desplechin en provenance de la Quinzaine des réalisateurs, certainement le meilleur film français de ce premier semestre, à voir et à revoir, tellement il est riche et savoureux, même si l’on n’a pas vu à l’époque le fameux « Comment je me suis disputé....(ma vie sexuelle ) », 3 Souvenirs complète et éclaire les amours insensés et infinis de Dédalus (joué à trois époques différentes par Matthieu Almaric et deux jeunes acteurs surdoués) et d’Esther.

Semaine du 17 au 23 juin 2015

My old Lady, savoureuse comédie britannique qui renouvelle le thème du viager, cher à Pierre Tchernia, et celui de l’attirance des contraires, pour la millième fois au cinéma, mais bien fait !, agrémentée de quelques secrets inavouables qui rendent les familles si précieuses pour la comédie ! (comme pour la tragédie !)

MAI 2015

Semaine du 6 au 12 mai 2015

En dehors des inconditionnels de Marvel qui se régaleront à la vision de Avengers, l’ère d’Ultron (décidément après Fast and Furious et avant Mad Max, Hollywood se déchaîne....!), plutôt bon et non dénué d’humour, les amateurs d’un cinéma un peu plus fin hésiteront (ou pas, après tout les week-ends sont longs en mai !.... et pour le moment pluvieux !) entre Jamais de la Vie, polar de Pierre Jolivet aux accents Dardenniens (et relativement désespérés) avec l’excellent Olivier Gourmet (Noir c’est noir !), ou la comédie drôlatique aux accents d’Italie du Sud mais venue de Croatie, Bonté Divine soutenu par Charlie Hebdo, joyeusement satirique et iconoclaste où un jeune prêtre, n’hésitant pas sur les moyens, s’autoproclame défenseur de la fertilité en se faisant poinçonneur de capotes anglaises !, ou encore la très belle adaptation du roman de Albertine Sarrazin, L’ Astragale, avec Leïla Bekti et Reda Kateb en révoltés des années 60, le tout en cinémascope noir et blanc, d’une beauté inouïe. (C’est promis, je ne fais plus de phrases aussi longues !)

Semaine du 13 au 19 mai 2015

Ceux qui n’auront pas pu aller à Cannes se consoleront avec : Le nouveau Wim Wenders, Every Thing will be fine, drame glacé dans les espaces canadiens où Charlotte Gainsbourg campe une mère déchirée entre amour et haine. Pour les grands espaces préférez la 3D. Tout droit arrivé d’Iran malgré l’interdiction de tourner (pour 20 ans) faite à son réalisateur, Taxi Téhéran où Jafar Panahi se fait chauffeur de taxi et contemplateur (plus que contempteur) de la société verrouillée par les talibans : d’un usage militant et critique (et humoristique) des caméras cachées ...

Semaine du 20 au 26 mai 2015

Ne pas louper Jack, entre le cinéma des Dardenne et celui plus offensif d’un Ken Loach, les aventures d’un petit garçon de 10 ans seulement, mais déjà chargé de famille dans le jungle d’une ville allemande, éprouvant et émouvant.

La maison au toit rouge tresse la destinée d’une famille et celle d’un pays, de 1936 à nos jours, racontée par un jeune garçon à travers le journal intime de sa grande tante, de ses souvenirs et de ce que l’histoire en a retenu. A cheval sur ces deux dernières semaines : dans la série fonds de tiroirs en période cannoise le cinéma français a pris l’habitude de nous servir des plats que nous sommes censé ingérer par inadvertance : dans cette rubrique 2 pantalonnades à fort pourcentage de quinquagénaires (ou plus) cachetonnant (Entre amis et Nos Femmes) 1 Romance sirupeuse à souhaits (En Équilibre) et un micro-trottoir youtubesque étiré à 90 minutes (Connasse....)

Semaine du 27 mai au 2 juin 2015

Enfin Mad Max, le retour ! 4e épisode trente ans après le 3e ! Les acteurs auront changé, on s’en doute, pas la furie comme son titre l’indique (Fury Road) / Pour Aficionados !!

Pour les autres, leçon d’histoire et de mémoire avec Le Labyrinthe du Silence : décidément les allemands ont un problème avec leur passé et on les comprend ! (Nous Français n’en avons guère et on peut avoir du mal à le comprendre !!) Beau film sans indifférence et sans traits trop soulignés sur un peuple qui n’a pas su dire non et préfèrerait l’oublier.

Et enfin les Ciné +

Le 20 mai à 20 heures Cette Lumière n’est pas celle du Soleil de Bernard Favre, en sa présence, une réflexion autour de ceux qui ont su se lever pour dire non.

Et le 3 juin également à 20 heures, le très attendu film adapté de deux romans de Hubert Mingarelli, Ladygrey, suivi d’un échange avec le réalisateur Alain Choqart et bien sûr du romancier himself !

AVRIL 2015

Vous aurez sûrement découvert au détour de votre boulangerie le nouveau Carré ....qui n’est plus Carré, mais autrement gouleyant.

Quant à son contenu :

Semaine 1, du 8 au 14 avril 2015

Un épisode historique méconnu à découvrir dans Selma, marche symbolique et moment clef de la lutte de Martin Luther King contre le racisme latent et persistant dans les États Unis des années soixante

A trois on y va, petite comédie romantique, genre Jules et Jim mais avec deux femmes et un homme, un peu décevant par son dénouement conventionnel, mais agréable grâce aux acteurs et notamment la délicieuse Anaïs Demoustier

N’hésitez pas à venir vous mélanger aux lycéens le 9 avril pour une soirée avec un excellent film with Kristen Stewart, Les Runaways

De même n’hésitez pas à venir vous mélanger aux plus petits lors du Festival Allons z’enfants (à cheval semaine 1 et 2) pour venir voir les excellents films d’animation Shaun le mouton ou Pourquoi j’ai pas mangé mon père de Jamel Debbouze en procédé capture motion (et la réincarnation via ce procédé de Louis De Funès !) Néanmoins ces deux films passent également hors festival (semaine trois pour le Jamel), ne les ratez pas, ça libère tellement, on rit ....

Semaine 2, du 15 au 21 avril 2015

Attention Art et Essai formaliste avec Crosswind, magnifique noir et blanc « figé » (en fait le réalisateur met en scène une succession de photos de tournage ....), captivant et magnifique, malgré un sujet très dur (exil forcé de familles estoniennes sous le joug soviétique) Certainement plus abordable, vous irez comparer la prestation de Léa Seydoux (à celles de Anaïs Demoustier ou de Kristen Stewart) dans le nouveau Journal d’une femme de Chambre

Semaine 3, du 22 au 28 avril 2015

Semaine romantique où je vous conseille de délaisser le surfait Dernier coup de marteau au profit de Still Alice, sur le délicat sujet de la maladie d’Alzheimer chez une femme encore jeune jouée par la prodigieuse Julianne Moore (excellent second rôle pour ... Kristen stewart !) ou Suite Française, l’amour impossible au temps de l’Occupation entre une jeune bourgeoise et un lieutenant allemand (Matthias Schoenaerts vu dans Bullhead ou de De rouille et d’os)

Semaine 4, du 29 au 5 mai 2015

Sacrifiez au Voyage en Chine avec Yolande Moreau, tendre ballade d’une mère à la rencontre du souvenir de son fils décédé et laissez de côté Pierre Niney qui s’est laissé entraîner dans un bien mauvais polar sans originalité, Un Homme Idéal

La semaine sera utilement complétée par le Ciné + qui vous permettra de jeter un œil nouveau sur le contenu de vos assiettes, Regards sur nos assiettes.

Enfin rendons grâce à notre programmateur qui permettra aux distraits de voir La Famille Bélier (vraiment très distraits !), Le Dernier loup, Birdman ou encore Timbuktu

Et d’ores et déjà pour le mois prochain fin mai) je peux vous annoncer la programmation de LadyGrey film tiré de deux romans d’Hubert Mingarelli, avec une séance en présence du réalisateur Alain Choquart et de l’auteur bien sûr ! Un film magnifique dans les grands espaces d’Afrique du Sud !

MARS 2015

Première semaine du 4 au 10 mars 2015

Outre la soirée du cinéma turc, deux films et des spécialités culinaires locales entre deux (la soirée sera forcément conviviale et réussie !.....)
Quentin Dupieux nous offre sa dernière production au titre forcément fallacieux quand on connaît l’énergumène, Réalité, où Alain Chabat se débat avec un projet de film alliant le meilleur gémissement de l’histoire du cinéma et un sanglier cassetophage ! Un monument de non-sens !

Les fans de 007 apprécieront Kingsman services secrets où l’on retrouve tous les ingrédients des films de l’espion de sa Majesté, armes sophistiquées, cascades spectaculaires et humour british ! Ne manquent que les James Bond’ girls !

Deuxième semaine du 11 au 17 mars 2015

Imitation Game est beaucoup plus qu’un film de guerre ou d’espionnage, ou même qu’un biopic ! C’est - en même temps qu’une petite leçon d’histoire qui rend à Alan (Turing) ce qui est à Alan, c’est à dire quasiment l’invention de l’ordinateur - une radiographie impitoyable d’une certaine société anglaise rétrograde et homophobe et, en bref, un sorte de justice rendue et de reconnaissance tardive. Excellent film !

L’enquête, lui, échappe au syndrome du film-français-raté-tiré d’une-histoire-vraie ("La prochaine fois je viserai le cœur », « SK1 »....pour les plus récents), nous faisant redécouvrir dans un style quasi documentaire la rocamblesque croisade du journaliste Denis Robert contre la finance mondiale (affaire Clearstream) Qui plus est le film nous réconcilie avec Gilles Lellouche, au jeu juste et sobre.

Ce décorticage en règle du monde financier et des paradis fiscaux sera utilement complété la semaine suivante par le - pour le coup- vrai documentaire Le Prix à payer. Ben moi, avec les deux j’ai presque compris de qui j’étais le dindon !

Troisième semaine du 18 au 24 mars 2015

Clint Esatwood, 85 ans, tourne encore plus d’un film par an, pas tous des chefs d’œuvre, mais on ne pourra nier qu’il a quelque chose à dire, comme un message de l’Amérique au monde, et pas forcément le pire des messages : ici son portrait d’un tireur d’élite en Irak n’est pas sans contraste, ni si manichéen que la polémique voudrait le faire croire...Même les gros bras patriotes ont des états d’âme, tel est le message d’American Sniper ! Attention quand même - le sujet le veut- ultra-violence !

Félix et Meira Là encore, au-delà du classique film d’attirance des contraires, cette romance impossible entre une jeune juive enfermée dans le carcan orthodoxe et un coolissime new-yorkais occupé consciencieusement à ne rien faire et à dépenser son héritage, cette rencontre en forme de brève étincelle entre deux personnes passant plus ou moins à côté de leur vie, produit un film tout en retenue et en sobriété, émouvant !

Inherent Vice, polar sous acid où Paul Thomas Anderson continue à régler son compte à l’Amérique avec un Joaquim Phoenix allumé et une intrigue dure à suivre avec femme fatale garantie (je vous en apporte la preuve sur la page facebook)

Quatrième semaine du 25 au 31 mars 2015

Vous êtes en forme, c’est le printemps ! Vous endurerez donc sans problème ces deux uppercuts appréhendant la réalité sous des formes plus ou moins documentaires, en tout cas même si fictionnalisés, ces témoignages dépeignent la vie telle qu’elle est et non comme nous la rêverions, laissant un brin d’espoir cependant timide.

Spartacus et Cassandra, deux enfants Roms se débattent pour entrer dans la vie, avec de lourds handicaps dont les moindres ne sont pas leurs propres parents....

A 14 ans, vous fera découvrir la vie réelle ou rêvée des adolescentes d’aujourd’hui, années de collèges et de découvertes, de l’autre, du sexe, de la drogue.... Révolte et langage fleuri - très cru même ! - pour, peut-être, mieux comprendre nos jeunes et leurs malaises.

Cinquième semaine du 1er au 7 avril 2015

Pour en revenir aux comédies, et pour satisfaire ceux qui n’avaient pas raté La Famille Bélier, ce mois-ci heureusement il y a Papa ou Maman qui, en dehors de son titre relativement désastreux et peu imaginatif, surprend agréablement, servi par deux excellents acteurs. Partant d’une idée simple et iconoclaste - la séparation d’un couple où ni l’un ni l’autre ne veut garder les enfants - s’enclenche une guerre des sexes trépidantes où les gags, souvent très bons, se succèdent à une vitesse effrénée. Juste dommage d’avoir céder au conventionnel happy-end !

D’Italie du sud nous vient cette étrange histoire Les Merveilles, à la fois hommage au cinéma italien (l’héroïne s’appelle Gelsomina) et utopie du retour à la nature. Primé à Cannes.

Marjane Satrapi (Persépolis) et Tim Burton, que l’on ne présente plus, vous raviront : The Voices. Comme le capitaine Haddock, le héros a un bon et un mauvais génie, le bon c’est son chien et le mauvais son chat, et tous deux parlent ! Entre comédie et gore dérapant aux accents psychanalytiques ce sont rires et sourires qui l’emporte dans une histoire décapante (au sens propre du terme).

Big Eyes, d’après une histoire vraie, de vraie mythomanie, un peintre plutôt raté s’accapare les œuvres d’une consœur que, pour plus de commodité, il épouse ! Tim Burton quitte enfin le domaine mi-gothique mi-conte de fées, pour se ré-interroger sur l’amour, le rapport dominant/dominé, la manipulation. Un film en ligne claire, un bon moment de cinéma, des acteurs impressionnants.

FEVRIER 2015

En gras les films à ne pas rater, en italique ceux qui peuvent mériter votre attention, et exceptionnellement je ne parle pas de ce que je n’ai pas aimé.

Semaine du 4 au 10 février 2015

Venez résister aux côtés des employés de Discount qui ne veulent pas se faire « bouffer » par les caisses automatiques : robins des bois du XXI e siècle, ils pratiquent la reprise individuelle et la comédie douce-amère

Il est encore temps à La Mure de voir La Famille Bélier, vue par plus de 5 millions de spectateurs en France !

Semaine du 11 au 17 février 2015

Deux films nous parlent de voyage à leur manière, tragédies des temps modernes

Hope, c’est le nom de l’héroïne du film éponyme avec qui vous subirez les affres du voyage migratoire vers l’Europe, entre horreur et amour, le monde partage ses beautés

The Cut : Fatih Akin nous entraîne lui aussi dans un voyage au long cours qui mènera son héros des confins de la Turquie, aux temps de la première guerre mondiale et du génocide arménien, jusqu’à Cuba et la Floride, à la recherche de sa famille dispersée. Leçon d’histoire et d’amour.

Semaine du 18 au 24 février 2015

Zouzou, une magnifique comédie féministe, la fugue de son héroïne amène grand-mère, mère et tantes à des réflexions pas toujours très correctes sur le sexe et le genre. Au milieu de ce gynécée les hommes s’arrachent les cheveux. Des dialogues et situations à « pisser » de rire, des scènes d’anthologie !

Foxcatcher, le royaume du sport -ici la lutte- est impitoyable ! Toujours à partir d’une histoire vraie, on nous raconte la relation très malsaine entre deux frères champions olympiques de ce noble sport et un magnat américain, nationaliste et pychorigide, se transformant en sponsor, puis en gourou, dans une fuite en avant perverse et narcissique (et nationaliste !)

Semaine du 25 février au 3 mars 2015

Phoenix Le réalisateur allemand Christian Petzold n’en finit pas - après Barbara - de creuser la culpabilité allemande. Au retour des camps une femme cherche à recouvrer identité et amour. Son ancien mari, qui l’a trahi, mettrait bien la main sur son argent..... Un film éblouissant !!!!

Jupiter, le destin de l’Univers. Les « frères » Wachowski créateurs de la série des Matrix nous emmènent une fois de plus dans une aventure spatiale délirante pour - bien sûr- sauver le monde !

JANVIER 2015

Semaine du 7 au 13 janvier 2015

Je vous propose de vous reposer de vos agapes ailleurs qu’au cinéma ou de visionner les DVD que vous aurait apporté papa Noël.

Seul le film à grand spectacle Exodus justifie éventuellement un déplacement et privilégiez alors la 3D ne serait-ce que pour l’épisode de la Mer Rouge.

Semaine du 14 au 20 janvier 2015

En dehors de l’indispensable séance de rattrapage pour ceux qui auraient raté La Famille Bélier, certainement La comédie de l’année 2014 !, à titre comparatif et pour rester dans l’univers de la musique, n’hésitez pas à découvrir Whiplash et son maître de musique pervers et narcissique dans une angoissante montée d’ambition contrariée.

En variante un excellent polar ancré dans la réalité d’aujourd’hui avec Nightcall où l’irrésistible ascension d’un paparazzi du fait divers, hantant les scènes de crime ou d’accident, jusqu’à les provoquer.

Sinon La Rançon de la Gloire, pas vu mais décevant selon les témoignages, raconte le rocambolesque enlèvement du cercueil de Charlie Chaplin (tiré d’une histoire vraie, mais si !)

Semaine du 21 au 27 janvier 2015

Tout est bon dans la semaine du Documentaire, à prix réduit qui plus est ! Mais je vous conseille tout particulièrement Le regard de Georges Brassens, incroyable témoignage réalisé à partir des films d’amateur tourné en super 8 par Tonton Georges lui même, A la Recherche de Vivian Maïer, la découverte post-mortem d’une énigmatique photographe américaine racontée par le découvreur lui-même (Vivian Maïer a fait étape et photos dans le Champsaur dans les années 50, sinon c’est une phénoménale photographe de rues... qui ne développait quasiment pas ses photos !) et Eau Argentée un autoportrait de la Syrie en forme d’uppercut qui vous laissera pantois.

Bien sûr privilégiez les séances Ciné + pour chaque film, qui sera présenté par un membre de la Com Ciné puis fera l’objet d’un échange pour clore la séance.

Semaine du 28 janvier au 3 février 2015

Puisqu’il faut bien faire des choix, Fidélio, l’odyssée d’Alice vous plongera dans un univers maritime (qui rappellera« Gagarine » aux Athémiens) mais féministe, un magnifique portrait de femme, une actrice à découvrir (prix d’interprétation à Locarno) et une réalisatrice à suivre désormais .

Bien sûr A most violent Year, Cold in July, Charlie’s Country méritent à des titres divers l’attention , ....mais j’assume le choix.

Quant à 1 Heure de tranquillité, c’est plutôt 1h30 de perdue.

DECEMBRE 2014

Semaine du 10 au 16 décembre 2014

Deux films méritent cette semaine le détour , et pas pour les éviter ! Qui Vive, film dit « de banlieue » à la fois très réaliste et tendre sur le parcours difficile d’un homme jeune qui essaye d’échapper à sa condition sociale, préparant le concours d’infirmier tout en faisant le vigile de la grande surface locale, avec Reda Kateb et le premier rôle d’Adèle Exarchopoulos après...... Adèle !

’71 ou ’71 Belfast, film de genre encore, genre guerre , guerre civile plus exactement . Au cœur des quartiers chauds de Belfast , une jeune recrue britannique est isolée de son bataillon. Commence alors une course contre la mort au milieu des haines et des intrigues propres à chaque camp ! Une caméra virvoltante d’action !

Semaine du 17 au 23 décembre 2014

La encore 2 films quand vous aurez laissé Double Patte et Patachon (Jean Dujardin vs Gilles Lelouche) singer les polars américains dans La French, pathétique sous-polar franchouillard ...

Respire Mélanie Laurent derrière la caméra pour mettre en scène une relation d’amitié perverse entre deux adolescentes en milieu lycéen (un petit côté Kéchiche !) Bien fait, deux excellentes jeunes actrices à découvrir.

L’homme du peuple Biopic de Lech Walesa, à voir pour la leçon d’histoire - jamais inutile - et la mise à nu dans ses contradictions et sous ses différentes facettes de celui qui a changé sinon le Monde, au moins son pays ! Style assez académique quand même.

Semaine du 24 au 30 décembre 2014

Je n’ose vous conseiller le long opus -2h14 !- de Hazanavicius (The Artist) qui met en scène son épouse Bérénice Béjo en envoyée spéciale de l’Union Européenne, parlant en français à un gamin tchéchène qui la comprend ! Comprend qui peut comme disait Bobby Lapointe ! Ca s’appelle The Search et c’est moins mauvais que La French, c’est tout !

Sous le soleil africain et dans des paysages grandioses , la montée de l’intégrisme en une démonstration imparable vers l’absence de liberté : interdit de boire , de fumer , d’écouter de la musique ou encore de rire ! et même de jouer au foot, comme quoi les opiums du peuple ne se tolèrent pas l’un l’autre ! ! C’est Timbuktu.

Semaine du 31 et après c’est 2015

Là je n’ose vous conseiller d’aller voir le pensum-biopic Mr Turner -2h30 !! - qui vous convaincra que cet homme là, morne, triste et grommeleur ne valait que par ses tableaux !

Préférez donc l’excellente comédie française - à noter c’est rare ! - La Famille Bélier. Au sens propre, la musique au pays des sourds ! Dans une famille d’agriculteurs sourds et muets (Excellents Karin Viard et François Damiens -sans parole -) éclot le talent de chanteuse de leur fille. A noter un numéro d’acteur fantastique d’Eric Elmosnino en prof de musique !

Et semaine prof donc puisque dans Les Héritiers nous retrouvons Ariane Ascaride en prof d’histoire humaniste et un peu bulldozer qui va booster sa classe - pour le moins difficile - pour s’inscrire à un concours national sur le thème de la Résistance : rassembleur et généreux .

DEUX EXCELLENTS FILMS POUR DEBUTER 2015

NOVEMBRE 2014

Semaine du 19 au 25 novembre 2014

Interstellar restera un des films de l’année, magnifique anticipation sur la fin de notre monde et la recherche d’un nouvelle planète susceptible d’accueillir l’Humanité, mélange de space-opéra, de paradoxe temporel et de vision messianique, près de trois heures de suspense époustouflant.

Ceux qui voudront plus court choisiront, le dernier Ozon, Une Nouvelle Amie, un film avant tout sur la tolérance, qui questionne le genre et notre société .

Les retardataires pourront voir Samba, agréable romance sur fond de Sans Papiers ( ! ), et les fans d’aventure Le Labyrinthe, arrivé bien tardivement chez nous, une variante d’Hunger Games que vous retrouverez 2 semaines plus tard

Semaine du 26 novembre au 2 décembre 2014

Vous éviterez On a marché sur Bangkok qui n’a pas inventé la lune et concourt pour la plus mauvaise comédie de l’année et Chef nouvelle variation culinaire américaine.

et préférerez Eden, portrait d’une jeunesse d’hier autour des Daft Punk et quelques autres, alcool, drogues et musique à donf ! par une excellente réalisatrice ou Still the water balade adolescente, japonaise et nostalgique sur l’amour et la mort, la vie quoi !

Et éventuellement pour compléter le portrait d’une jeunesse , d’aujourd’hui cette fois !, allez voir Chante ton bac , d’abord ! , excellent documentaire retraçant une année de bac insoucieuse pour des ados, ce qui n’est pas le cas pour leurs parents respectifs ....

Semaine du 3 au 9 décembre2014

Hunger Games donc épisode 3...... mais première partie ! ou Grizzly énième documentaire animalier et anthropomorphique des studios DISNEY, piètre choix !

Sinon privilégiez plutôt Bouboule efficace fable sur la différence venue de Belgique et dispensez-vous du lacrymal Marie Heurtin ou du glaçant Chemin de croix à moins que vous ne vouliez faire une anlyse comparative sur ce qu’offre de plus beau et de pire la religion, auquel cas allez voir les deux !

Voilà, avec les excuses de L’échappé de la Com Ciné qui tâchera de se tenir à sa chronique pour décembre.

SEPTEMBRE 2014

Rapidement car on est déjà en cours.

Cette semaine pas grand chose sauf pour ceux qui auraient loupé Jimmy’ Hall en août : saga ouvrière sympa.
(SMS* est sans prétention mais réussi, New York Mélody avec prétention mais raté !!)

Semaine du 17 au 23 septembre 2014

Idem pour ceux qui auraient raté Les Combattants* en août aussi, un premier film qui sort vraiment de l’ordinaire et pose le portrait contrasté d’une jeunesse d’aujourd’hui.

Pour les autres Des lendemains qui chantent ou les illusions perdues et retrouvées (ou l’inverse) des urnes d’un certain 10 mai 81 (élection de François Mitterand) à celles d’un 22 avril 2002 (éviction de Jospin), pour ne pas recommencer les mêmes erreurs et souper à la grimace, tout ça dans une excellente comédie !

Semaine du 24 au 30 septembre 2014

La saison reprend vraiment avec Sils Maria, portraits de femmes et beaucoup plus que ça, introspection sur l’âge, le métier de comédienne, avec la sublime Binoche et la révélation Kristen Stewart.

Party Girl*, portrait de femme, entre documentaire et fiction, entre Allemagne et France, entre passé-doré et présent- crépuscule, entre comédiens et amateurs, chacun joue son rôle et sa vie. Bluffant !

Semaine du 31 septembre au 1er octobre

Evitez à tout prix Gemma Bovery où, pour une fois, Luchini se montre aussi pitoyable acteur que pitoyable personnage et où le scénariste a du rendre copie blanche ! De même que les Recettes du bonheur qui ne peuvent provoquer que l’indigestion ....

Par contre Hippocrate excellente comédie sur le milieu de l’hôpital, pose les vraies questions sans lourdeur et en vous faisant sourire ...

Et appréciez le retour des courts métrages devant *

AOÛT 2014

Oui je sais je vous ai lâchement abandonné pour le mois de juillet, j’espère que, votre instinct vous aidant, vous avez pioché dans l’excellente programmation LMCT : Le procès de Viviane Amsalem, Black Coal ou Jimmy’s Hall méritaient le détour.

Août et la rentrée.

Semaine du 6 au 12 août 2014

Xénia

La Grèce va mal. Mais ses habitants, du moins les jeunes, ne s’en laissent pas compter : road-moovie de deux jeunes ados en quête du père. Recherche de leur identité, parsemée d’évasion onirique, voire surréaliste, dans un pays en vrac : comme quoi la triste réalité de la dépression n’empêche ni poésie ni humour.

Semaine du 13 au 19 août 2014

Du goudron et des plumes

Bonne comédie française. Sur fond de triathlon (typé Intervilles) à Montauban, histoire d’amour et de rédemption pour Sami Bouajila, bien connu de nos services, et la toujours belle Isabelle Carré un peu beaucoup enceinte. Très belle galerie d’acteurs français en seconds rôles.

Semaine du 20 au 26 août 2014

Des chevaux et des hommes

Venu d’Islande ce film provoquant et hilarant vous décrira les hommes de cette terre du Nord à travers leurs chevaux, des plus beaux paysages au plus bas instincts. A voir absolument pour passer un très bon moment. Ames sensibles s’abstenir.

Semaine du 27 août au 2 septembre 2014

Wintersleep

La palme d’or de Cannes. Après « Il était une fois en Anatolie », le réalisateur turc NB Ceylan revientà la crise du couple au milieu des hauts et froids plateaux de son pays- paysages somptueux- et par le biais de dialogues hautement littéraires qui rappelleront à la fois Tchékhov ou Dostoïevski. 3h15 qui justifient d’être bien assis, choisisssez la grande salle !

Semaine du 3 au 9 septembre

Les combattants

Très beau premier film, avec Madeleine, sublime Adèle Haenel (qui vous aurez peut-être vu dans le rôle d’Agnès Leroux le mois dernier dans « L’homme que l’on aimait trop »), garçon manqué qui s’entraîne à la survie dans l’optique d’une fin du monde programmée et rencontrera plutôt la vie (et l’amour bien sûr) Boyhood Le réalisateur a filmé pendant 12 ans ses acteurs pour retracer la vie d’une famille texane moyenne (décomposée/recomposée) Un pari insensé pour les acteurs, un engagement total. Un portrait de l’Amérique en filigrane et une réflexion pleine de finesse sur le temps qui passe. (2h45 même réflexion que pour Wintersleep).

JUIN 2014

Semaine du 4 au 10 juin 2014

Que du bon cette semaine puisque les 4 films proposés, sont susceptibles de séduire :
- un public cinéphile avec le dernier film des frères Dardenne Deux jours, une Nuit assez injustement oublié au palmarès de Cannes, fable sociale, comme à leur habitude, d’une efficacité redoutable, et qui arriverait presque à nous faire oublier que Marion Cotillard est ...multimillionnaire !,
ou encore D’une vie l’autre qui mêle un pan oublié de l’histoire de la seconde guerre mondiale (les bébés norvégiens enlevés à leurs parents par les nazis pour devenir de parfaits aryens), à celle plus récente de l’espionnage au service de l’Est (Stasi), convainquant et haletant (comme une prequel de La vie des autres).
- tous les publics, Qu’est ce qu’on a fait au Bon Dieu !, une comédie de satire sociale, autour d’un Christian Clavier étonnamment sobre (dans son jeu), dénonçant le racisme et la xénophobie plus ou moins rampants ou affichés, des poncifs pas poussifs pour un film rappelant à plus d’un titre Intouchables. Sept millions de spectateurs l’ont vu, pourquoi pas vous ?
- les jeunes, et moins jeunes, amateurs de monstres, de Science Fiction et de 3 D, pour un nouvel opus de Godzilla, où le gros lézard de plus en plus sympathique sauve le monde (sauf Juliette Binoche qui meurt au bout d’un quart d’heure !).

Semaine du 11 au 17 juin 2014

La Chambre bleue, adapté de Simenon par Mathieu Almaric, avec Mathieu Almaric (on n’est jamais si bien servi que ...), une belle histoire d’amour, une belle histoire de crime, ou comment se débarrasser de ses conjoints respectifs, en toute ....innocence ? Erotico-cynique.
Maps to the Stars Une critique impitoyable de l’univers d’Hollywood, mais à travers lui de notre monde, tout simplement, où régnent trafic en tous genres et perversité, y compris chez les enfants trop tôt devenus (considérés comme) adultes !
Enfin X MEN : Days of Future Past, Xe épisode, paraît-il le meilleur !, en 3D (c’est un minima), nous re-raconte la genèse de la série, à grands renforts de paradoxes temporels ....
Et pour ceux qui l’auraient raté en Ciné + le mardi 17 à 20h De toutes nos forces exaltante et symbolique histoire de l’ado-en-fauteuil qui voulait faire le triathlon de Nice avec son papa, émouvant !

Semaine du 18 au 24 juin 2014

Pour ceux qui l’ont raté le mois dernier Dans la Cour avec Catherine Deneuve et un curieux clochard céleste .....
The houseman western assez crépusculaire mettant en lumière la triste condition féminine dans l’Ouest des conquérants
Tristesse Club le nouveau cinéma français dans une comédie mélancolique, prétexte à confrontation entre trois acteurs aux parcours divers Vincent Macaigne le théâtreux, Laurent Laffite de la comédie française et Lu« divine » Sagnier, on sourit beaucoup, on rit un peu, on passe un bon moment.

Semaines des 25 juin au 8 juillet 2014

Votre marché pour La Fête du Ciné, 3, 5 euros la séance !
Choix un pour 14 euros : Bird people + Les Drôles de poissons chats + The Rover + Au fil d’Ariane, soit du fantastico-ultra réalisme avec Pascale Ferran, une merveilleuse comédie mexicaine, un conte post-apocalypse digne de Mad Max et le dernier Guédiguian toujours avec sa fée Ariane, que du très très bon !!!!!!!
Choix deux pour 21 euros : rajoutez Les Gazelles et un Week-end à Paris, une comédie de femmes sans être féministe et une déambulation parisienne et douce amère d’un vieux couple londonien
Choix trois : 7 films pour 24,50 (moins de 25 euros le prix de deux entrées 3D + lunettes au Pathé !) en rajoutant l’angoisse et l’horreur de Conjuring.

Mais tarif plein pour aller fureter Sous les jupes des filles film éminemment dispensable, non mais qu’est ce que vous croyez !!!!

MAI 2014

Du Kurdistan au Pakistan....en passant par le Vénézuela, La Palestine, L’Autriche du début du XXe, les Etats-Unis et le Canada..... la LMCT vous fait voyager.

Semaine du 30 avril au 6 mai 2014

Vous éviterez sans hésiter Apprenti Gigolo faux Woody Allen sans saveur et ennuyeux, et le récit biblique Noé,
pour savourer à plein un western de l’Est ! puisque du Kurdistan avec tous les ingrédients voulus : les grandes plaines désertiques, les chevaux, les duels, les méchants patibulaires et bornés (mafiosi teintés d’intégrisme), la belle à couper le souffle, le shérif impitoyable au grand cœur, et, ce qui ne gâte rien, un brin d’humour décalé, le tout sur une musique de grande qualité et dans un contexte géopolitique mal connu : il s’agit de My Sweet Pepperland. Coup de cœur de la Com Ciné (pour ceux qui le rateront, vacances obligent ! je signale que ce film est au programme du festival Autour du Monde de Cinévadrouille, en ouverture du festival le 19 mai 20h30 Salle dela mairie de Corps).

Semaine du 7 au 13 mai 2014

Certains ne pourront s’empêcher d’aller voir notre Johnny national, doublé de la présence du non moins nationalement beauf Eddy Mitchell : attention quand même c’est du Lelouch ! Donc sirupeux à souhaits (« Salaud on t’aime »)
Quitte à aller voir un monument national, allez voir LA Deneuve dans sa dernière prestation Dans la Cour, dépresso-hystérique au côté de Gustave Kervern (Groland) en concierge philosophe et pessimiste, un film qui surprend et nous dit l’impitoyabilité de la vie tout en nous amusant .
Venu des States States of Grace, à ne pas confondre avec l’autre Grace (de Monaco) en fin de mois, film de jeunes pas que pour les jeunes, nous trace un portrait percutant des déphasés de la société à travers le quotidien romancé d’un foyer pour adolescents en difficulté.
Si tout ceux qui ont un volant entre les mains vont voir le dernier documentaire de Coline Serreau, peut être nos rues seront-elles plus sûres et en touts cas les finances de LMCT confortées (Tout est permis).

Semaine du 14 au 20 mai 2014

Grosse semaine avec
le dernier Xavier Dolan qui signe ici un film angoissant Tom à la ferme, dénonciation de l’homophobie larvée des campagnes profondes (celles du Canada comme celles hexagonales)
Interrogation sur le genre encore avec Pelo Malo venu du Vénézuela nous conter l’histoire de Junior qui rêve d’être un chanteur à succès aux cheveux lissés alors qu’il les a crêpus, le tout sur fond d’agonie d’Hugo Chavez, leader maximo
Enfin, tiré de Stefan Zweig, une très belle histoire romantique à souhaits dans la Vienne du début de siècle, où deux amants séparés par la guerre et l’atlantique mettront des années à se revoir, fidèles ainsi à Une Promesse.
Mais surtout vous priviligierez Noor l’histoire magnifique d’un Khusras, la communauté des transgenres du Pakistan, né fille et qui veut devenir garçon et en vivre tout le destin. Séance Unique le 19 mai à 20 h en présence d’un des deux réalisateurs (et pas le 20 mai à 19h).

Semaine du 21 au 27 mai 2014

Noor, pour deux séances de rattrapage, le mercedi à 20h30 et le dimanche à 16h30 (attention petite salle, les deux fois !)
Girafada, un merveilleux conte en Palestine. Des territoires occupés à Israël, les girafes sont une cause qui relie les hommes aux hommes et défie l’absurdité de la guerre ...

Semaine du 28 au 3 juin 2014

Cette semaine, en guise de voyage, préférez le Pas de Calais à Monaco où dans Pas son genre vous trouverez une belle histoire d’amour entre un jeune prof de philo en exil provincial et la coiffeuse du coin de la rue.

AVRIL 2014

Le fil d’avril...L’adage vous encourage à aller au cinéma, n’hésitez pas !

Semaine du 2 au 8 avril 2014

Plus ou moins documentaire :
Plus, vous préfèrerez La cour de Babel excellent et attachant reportage sur une classe d’insertion pour les primo-arrivants de tous pays en région parisienne, brassage des cultures et espoir démesuré mis en notre pays -ici d’accueil pour eux- qui peut faire réfléchir nos consciences de privilégiés blasés ou ...nous rassurer à bon compte !
Moins, vous suivrez la trajectoire de Gloria, quasi sexa mais vraie sexy-génaire, film chilien envoûtant d’une facture parfaite et aux accents dérisoire ou risibles, pathétiques et nostalgiques.
... à mois bien sûr que le Captain America, très réussi, ne vous tente en 3D ou 2D, pour une fois de plus sauver le monde ...

Semaine du 9 au 15 avril 2014

Pas grand chose à sauver, si ce n’est le plaidoyer de Clooney pour une culture à sauver Monuments men ...par les américains évidemment ! Film très et trop classique.

Semaine du 16 au 22 avril 2014

Plus ou moins documentaire :
Plus, vous préfèrerez A Ciel Ouvert, après les classes d’insertion, voici les les maisons d’accueil pour enfants et ados psychiquement inadaptés et socialement donc de même, ce contre quoi s’insurgent des éducateurs belges d’une incroyable humanité ...
La séance « Ciné + » du jeudi 17 à 20h est couplée avec une performance « vivante » et discussion avec les participants ...
Moins, vous suivrez Nébraska le road-movie d’un père et de son fils à la recherche d’un gros lot de loterie et peut-être d’un lot de consolation à l’orée d’une vie ratée. Prix d’interprétation masculine à Cannes, nommé aux Oscars.

Semaine du 23 au 29 avril 2014

De toutes nos forces, Tavernier fils nous raconte l’histoire attachante d’un ado- en fauteuil qui s’imagine faire le triathlon de Nice avec son père, ex-athlète bougon (Jacques Gamblin). Excellemment joué, très réussi, tire-larmes garanti, mais le cinéma c’est aussi « un lieu ou l’on peut pleurer peinard dans le noir et ressortir digne comme si de rien n’était » (je ne sais pas qui a dit ça mais je le revendique !).
Alors allez -y et laissez-vous aller !
Her Dans un futur très très proche les hommes - ou les femmes n’auront plus que la liberté de tomber amoureux de leur ordinateur. Avec dans le rôle de l’ordi la voix subliment enrouée de Scarlett Johansson. De la SF philosophique à la portée de tous qui peut nous alerter sur nos déviations ....
Si vous comptez participer à l’attribution du prix de la pire comédie française de l’année, il ne faut absolument pas rater FISTON, SITUATION AMOUREUSE : c’est compliqué !, LES YEUX JAUNES DU CROCODILE et AVIS DE MISTRAL

MARS 2014

Notre fin d’hiver se conjuguera ainsi

Semaine du 5 au 11 mars 2014

Séances de rattrapage pour ceux qui n’auraient pas encore vu Guillaume et les garçons à table ! très justement récompensé aux Césars ( 5 prix ). Ceux qui l’ont déjà vu peuvent y retourner (plutôt que d’aller voir la xeme beauferie de Dany Boon !!).
Deux beaux films cette semaine, en plus des reprises (également Le Vent se lève de Myasaki) : Un beau Dimanche une comédie dramatique de Nicole Garcia entre rives de Méditerrannée et Sud-ouest bourgeois, des images de qualité et une histoire qui sort des sentiers battus (littéralement)
et Jack ou la mécanique du cœur, une animation baroque et musicale (type Tim Burton) auto adaptation de son propre roman par Mathias Malzieu, le chanteur de Dyonisos qui s’y réserve le beau rôle au côté des voix de Olivia Ruiz, Grand Corps Malade, Arthur H et même ....Bashung !, une histoire poétique et tragique qui intéressera plus les grands que les petits

Semaine du 12 au 18 mars 2014

en plus du documentaire sur l’école du Clown Tout va bien 1er commandement du clown, les jeunes sont gâtés avec la reprise de Minuscule et la sortie de Tante Hilda animation écolo du studio valentinois Folimage qui a fait ses preuves de qualité depuis longtemps.
American Bluff comédie américaine de ce début d’année, vous réserve une agréable surprise, scenario impeccable, délire permanent, numéros d’acteurs au sommet de leurs formes, un peu la suite du Loup de Wall Street, ici loups quelques peu déplumés, bedonnants mais toujours de superbes escrocs !

Semaine du 19 au 25 mars 2014

Vous aurez le choix entre l’intimiste et le volcanique pour deux comédies :
L’une française avec Jacques Gamblin, Karin Viard et Noémie Lvovsky, décrit les errements de couples amis et voisins de maisons de campagnes (d’où le titre Week-ends) normandes : Où va la vie et où va t-on ? Quelques beaux moments d’interrogation perdue devant la vie ....à nu !
L’autre plus « réglements de comptes en famille », Un été à Osage County, le plus beau casting hollywoodien de ce début d’année, avec une Meryl Streep, cancéreuse, alcoolique, méchante et chauve et une Julia Roberts tout aussi hystérique, il n’ y a pas que chez les Atrides que l’on est tordu et tragique, même si ici les pires sont les femmes !

Semaine du 26 au 1er avril 2014

De loin la semaine la plus chargée puisque à deux films incontournables.....
The Grand Budapest hôtel nouvel opus de Wes Anderson (Fantastic Mr Fox /Moonrise Kingdom ) toujours aussi délirant, qui nous raconte à travers la destinée d’un hôtel de luxe , celle de la fin d’un monde, en l’occurence celui de la vieille Europe ou comment, tout en s’amusant, réfléchir à ce que la vie nous réserve.
Les Grandes Ondes, excellente surprise venue de Suisse. Attelage improbable d’une jeune journaliste arriviste ( V Donzelli ) et d’un vieux baroudeur amnésique (Michel Vuillermoz ), une équipe de radio reporters suisses est envoyée faire un documentaire sur la collaboration économique lusitano-helvétique....et débarque en pleine révolution des oeillets ! Road-moovie surréaliste et tendre, mon premier choix pour ce mois-ci .
Se rajouteront selon l’envie Ida excellent noir et blanc polonais sur les destinées croisées d’une future nonne et d’une commissaire politique, ou encore Diplomatie face à face entre Niels Arestrup en général allemand chargé de faire brûler Paris et André Dussollier consul de Suède.

FEVRIER 2014

Si la neige veut tomber, nous, vous, pourrons, pourrez, trouver asile, abri et nourriture intellectuelle sur nos écrans

Semaine du 5 au 11 février 2014

Un mois de février qui part tambour battant avec trois chefs d’œuvre :

12 Years Slave le film évènement de ce début d’année, histoire de l’esclavage à travers la destinée d’un esclave malgré lui, insoutenable d’émotion et de cruauté. La face sombre des Etats Unis (avec les indiens et les bisons, ça fait beaucoup !) sous les feux d’un réalisateur ...anglais ! NE PAS RATER
Tel père, tel fils l’histoire de La vie est un long fleuve tranquille (échange de 2 bébés à la naissance) contée avec infiniment plus de finesse par un maître du cinéma japonais, forcément l’occasion de se poser des questions sur l’inné et l’acquis
Le Vent se lève ... le nouveau (et le dernier) Myasaki ! inspiré par Paul Valéry et l’histoire de l’aéronautique, un film d’animation mélancolique où le fantastique habituel de l’auteur laisse sa place à un réalisme plus sombre (Attention ce n’est pas un film pour enfants !)

Semaine du 12 au 18 février 2014

Une comédie pas encore vue, mais a priori iconoclaste, sur la théorie du genre, si d’actualité ces jours-ci (réduite en miettes dans le film !), Jacky au royaume des filles
Philoména Humour beaucoup plus soft et british avec cette comédie anglaise qui démasque avec le sourire un des plus sombres pans de l’histoire anglaise et européenne, la vente de bébés enlevés à leur mère très jeunes filles-mères) et vendus à de riches familles bourgeoises par des nonnes bien-pensantes ...

Semaine du 19 au 25 février 2014

Lulu , femme nue, Karin Viard s’échappe d’une vie insipide pour partir à l’aventure, le retour au bercail sera détonnant et instructif (adapté d’une BD de Davodeau)

Semaine du 26 février au 4 mars 2014

Nymphomaniac 2, pour ceux qui ont vu le premier opus, c’est le verso (à tous les sens du mot) de la descente aux enfers de Charlotte Gainsbourg. Comme dit Brassens « Et dans les positions les plus pornographiques ... » Mais, comme dit le mois dernier, il y a bien plus que de la plastique dans ce film incandescent ....
Tonnerre, l’acteur de l’année ( 2013 ) étant Vincent Macaigne, ce premier long métrage de Guillaume Brac est une comédie douce - amère (ou une tragédie tendre) faisant suite à La Fille du 14 juillet, La Bataille de Solférino et 2 Automnes, 3 hivers. Les jeux de l’amour et du désamour en quelque sorte ....
Et rattrapage pour les distraits 12 Years Slave

Enfin trois journées qui se répondent, le 22 février à 20h Ouverture de la troisième saison de la Résidence Ecran Libre /LMCT (au programme : présentation du trimestre à venir et courts métrages), le 28 février à 20h30 Spectacle vivant L’inconnu, tiré du film éponyme de Tod Browning, théâtre et cinéma intimement mélangés dans une tragi comédie aux accents shakespeariens , et le 1er mars à 17h 30 et 20h 30, dans le cadre de la Résidence deux films de Tod Browning L’inconnu et Freaks, accompagnés par un spécialiste.

JANVIER 2014

Dans mon cinéma préféré le début de l’année 2014 sera tonitruant !

LA PROMOTION DU MOIS MARDI 14 JANVIER JASMINE en présence de son réalisateur Alain Ughetto en Ciné + à 20h (ou à 17h15 en séance lycéenne) ou en rattrapage la semaine suivante (les 15, 20 et 21 janvier), un magnifique film d’animation primé au festival d’ANNECY 2013, mettant en scène les personnages, en pâte à modeler, d’une intemporelle histoire d’amour pourtant bien ancrée dans l’histoire de la révolution iranienne, celle qui chassa le shah (ici espace libre pour jeux de mots) : de l’inventivité, du merveilleux, dans la lignée de Valse avec Bachir ou de Persépolis.

Premier choix, chez votre exploitant de salles préféré

Semaine du 8 au 14 janvier

Henri, merveilleuse histoire d’amour entre un quinquagénaire lourdaud et une handicapée légère joués par Pippo Delbono et Miss Ming, racontée par Yolande Moreau, tendre et prenante.

Semaine du 15 au 21 janvier

The Lunchbox, improbable histoire d’amour entre un bureaucrate retraité et une jeune épouse délaissée au cœur de Bombay. Quand le hasard s’amuse avec les hommes (et les femmes !), belle leçon de vie et très beau cinéma.

Semaine du 22 au 28 janvier

2 Automnes, 3 Hivers, histoires d’amours en parallèle de trentenaires un peu paumés, dans un montage et un filmage très originaux. Cinéphiles ne pas s’abstenir, avec l’inénarrable Vincent Macaigne.

Semaine du 29 janvier au 4 février

Suzanne l’histoire d’amour tragique d’une femme de voyou, une comète sur trente ans de vie, qui incendie tout sur son passage, sauf l’amour ! Avec Sarah Forestier et François Damiens. A ne pas rater pour l’émotion et la qualité de la réalisation.

Deuxièmes choix mais qui méritent vraiment l’attention

Semaine du 8 au 14 janvier

Wajma, une fiancée afghane. D’une contrée où la femme n’est pas encore l’égale de l’homme, une histoire tragique qui finit bien.

Semaine du 15 au 21 janvier

Mandela. Après La Marche le mois dernier Un long chemin vers la liberté, belle histoire de combat et de tolérance, racontée un peu à la manière d’hollywood mais juste (d’après la biographie de Nelson M.)

Semaine du 22 au 28 janvier

Le géant égoïste, dans la lignée de Ken Loach, le cinéma britannique, ici représenté par une réalisatrice : histoire d’amitié qui finit très mal et témoigne d’un pays en déroute sociale. De très belles images qui vous resteront ...

Semaine du 29 janvier au 4 février

Fruitvale station Dénonciation de la violence policière dans le pays de la liberté ! Dénonciation de la bêtise qui tue ....Bien fait.

Et vraisemblablement de belles découvertes dans ces plats exotiques

Semaine du 8 au 14 janvier

Rêves d’Or l’émigration vers les Etats Unis d’un groupe d’enfants que l’adversité rapprochera mais auxquels le destin ne fera pas de cadeau : malheureusement très réaliste.

Semaine du 15 au 21 janvier

Jasmine donc

Semaine du 22 au 28 janvier

Le Loup de Wall Street le dernier Scorsese, l’ascension d’un jeune trader. Dicaprio au mieux de sa forme ! Attention trois heures et trépidant de violence.

Semaine du 29 janvier au 4 février

Yves St Laurent biopic, la vie ascensionnelle du créateur de mode du point de vue de son amant Pierre Bergé, avec dans les rôles Pierre Niney et Guillaume Gallienne tous deux de la Comédie Française faisant des infidélités au théâtre.

Les plats réchauffés

Belle et Sébastien a fait plus de mille entrées à La Mure ! pourquoi pas vous ? (laissez vous aller à un peu de nostalgie !) : semaines 1 et 4 The Hobbitt II Gandalf vous y accueille en 3D : semaine 2

ET UN PLAT TRES CHAUD ! Nymphomaniac volume 1 et non sans qualité, bien au-delà du titre ce n’est pas qu’un film « osé » de plus (volume 2 à suivre mois prochain) : semaine 3.

Pour le numéro des semaines se reporter au Carré

DECEMBRE 2013

de part et d’autre des Fêtes, LMCT vous offre un choix très vaste de belles choses à voir !

Semaine du 4 au 10 décembre

Quatre films de qualité, sans être incontournables.

En sortie nationale d’abord, le dernier Klapish, Casse-tête chinois, opus 3 des aventures de Xavier (Romain Duris) et de ses amours (Tautou, Cécile de France...) après L’Auberge espagnole et les Poupées Russes, nos héros sont quadras et comme le titre l’indique la vie n’est pas plus simple mais toujours aussi bohème et amusante.

Toujours en comédie, mais plus déjantée, en-dessus et en-dessous de la la ceinture ou de la robe (d’avocat !), pour ceux qui l’ont raté le mois dernier 9 mois Ferme de et avec Dupontel

Egalement le dernier film des frères Cohen Inside LLewyn Davis, dépression (vous direz pas que je ne vous avez pas avertis) musicale en forme de biopic d’un folkeux qui aurait pu être Bob Dylan ! (précédé d’un beau court-métrage muet sur la musique !)

Biopic encore, avec la destinée de Violette (Violette Leduc), écrivain ignorée et oubliée, protégée de Simone de Beauvoir et beaucoup plus radicale qu’elle !

Semaine du 11 au 17 décembre

Attention grands films à tous les étages, tout le monde y retrouvera son compte.

Vraiment la comédie de l’année Guillaume et les garçons à table ! de et avec Guillaume Gallienne, naissance d’un acteur, vous rirez sans retenue aux situations et aux répliques dont la dernière restera dans l’histoire du cinéma.Sur un garçon 100% hétéro que tout le monde et lui-même croyait 100% homo.....

Hunger Games 2 L’embrasement à la croisée des chemins de l’anticipation et de la saga, en un monde totalitaire la révolte gronde

Vandal excellent film sur le monde des graffeurs de rue à travers la destinée d’un jeune ado en rupture familiale et sociale, très beau et positif, accompagné d’un court du même réalisateur

La Vénus à la fourrure dernier Polanski, huis-clos et tête à tête entre un metteur en scène (Almaric en alter -ego de Polanski) et son actrice (Emmanuelle Seigner femme de...) sur fond du texte de Sacher Masoch, de la perversité des relations au théâtre....

Enfin les amoureux de Valeria Bruni-Tedeschi (comme moi) ou les amoureuses de Louis Garrel ne rateront pas l’introspectif Un Chateau en Italie, comédie affolée de la belle italienne qui régle aussi ses comptes familiaux.

Semaine du 18 au 24 décembre

Remember.....

En sortie nationale encore Belle et Sébastien le feuilleton TV des années 65, déjà repris en Dessin Animé époque Dorothée, rajeuni ici par Nicolas Vanier.Dans des Alpes toujours aussi belles, les aventures d’un chien que l’on n’appelait pas encore Patou.

La Marche pas pour commémorer qu’il y a trente ans des jeunes beurs avaient pris la route et le mors aux dents, car commémorer c’est mortifère ! mais peut-être pour constater qu’il faudrait peut être enfin changer notre façon d’apprécier l’autre et sa différence, avant qu’il ne soit trop tard !

Rien ne vous empêche d’aller voir le dernier Disney La reine des Neiges, voire d’emmener vos enfants ou petits enfants à une orgie...de cinéma le 21 décembre (trois films répartis sur quatre horaires,séances à 10h 14h 17h30 et 20h, goûter offert entre les séances de 14 et 17h30)

Semaine du 25 au 31 décembre

Semaine jeune public.

Il est toujours intéressant de savoir ce qu’est devenu le Hobbitt depuis un an et toujours en cette semaine jeune public de retrouver Loulou dans ses nouvelles aventures au pays des loups !

L’année prochaine,

Semaine du 1 au 7 janvier 2014

Séance de rattrapage pour Guillaume et les garçons à table !

Capitaine Philipps, thriller sur un cargo pris en otage par des pirates somaliens, plutôt bien tourné mais un peu à la gloire américaine, et The Immigrant dernier né de James Gray (La Nuit nous appartient, Two Lovers) où Marion Cotillard endosse le paletot de l’immigrée polonaise des années 20 (belle reconstitution) prête à tout pour se maintenir sur le nouveau continent, vous procureront des émotions post-réveillons sûres.

En fait pas grand chose à jeter dans notre programmation !

NOVEMBRE 2013

Actualité Ciné irrégulière d’une semaine à l’autre ce mois ci à LMCT.

Semaine du 6 au 12 novembre 2013

Rien à sauver de cette semaine, si vous tenez à sortir tout de même 9 mois ferme, décevant et bien gentillet pour un Dupontel qui pratique même le happy-end !

Semaine du 13 au 19 novembre 2013

Pas mieux , Blue Jasmine reprise du mois précédent ne nous réconcilie pas totalement avec Woody Allen et Omar, pas mal conçu, pêche par un dénouement totalement illogique !

Semaine du 20 au 26 novembre 2013

Comme vous aurez économisé temps et argent les semaines précédentes, vous ne chipoterez pas cette semaine en allant trois fois au cinéma.
Gravity, space opéra en 3 D, qui rentrera certainement dans l’histoire du cinéma en tant que digne continuation de 2001 Odyssée de l’espace.
Prisoners, excellent thriller par le réalisateur d’Incendies, à la hauteur des meilleurs Eastwood (Mystic River), suspens, absence de manichéisme, très bien fait !
Au bonheur des ogres, adaptation fidèle du premier tome de la trilogie Malaussène de Daniel Pennac, beaucoup de poésie et de sourire dans ce monde et cette famille loufoques.

Semaine du 27 novembre au 3 décembre 2013

Parce que vous aurez pris le rythme la semaine précédente vous ne louperez pas non plus :
Le médecin de famille le film du mois, venu d’Argentine, l’inhumanité s’est réfugiée dans les paysages de la Patagonie, l’homme n’est jamais à court d’imagination morbide, tiré de Wakolda un roman exceptionnel d’une romancière à découvrir, Lucia Puenzo.
Quai d’Orsay, adaptation de la BD éponyme, tiré des extravagantes aventures d’un ministre des affaires étrangères qui faillit finir sur un croc de boucher !
Attila Marcel galerie de portraits en guise d’adieu à Bernadette Laffont, dans un monde à la Amélie Poulain, la psychanalyse par les plantes, le catch et les madeleines (de Madame Proust bien sûr !).

Octobre 2013

Pour ce mois-ci mes conseils ou préférences :

Semaine du 9 au 15 octobre (semaine américaine)

Ma vie avec Liberace excellent biopic d’un pianiste de cabaret inconnu du public français mais adulé aux Etats-Unis : à voir pour les performances d’acteur Michael Douglas et Matt Damon en homos plus ou moins extravertis, belle histoire d’amour, tragique et tout !, filmée par un maître.
La Majordome, l’histoire des Etats Unis à travers le majordome noir de 7 présidents successifs.
Et toujours les Etats-Unis avec un Woody Allen, Radio Days pour animer une soirée autour de la radio et de l’avenir de RMA ...

Semaine du 16 au 22 octobre

Le dernier Woody Allen (décidément !) Blue Jasmine, qui revient à une critique assez amère de la société occidentale, avec un personnage magnifiquement incarné par Cate Blanchett, précédé d’un court -métrage (qui sont de retour ce mois-ci !)
La Bataille de Solférino de Justine Triet, le nouveau cinéma français est en marche avec, sur fond de moment historique, la soirée du second tour des présidentielles, une crise familiale exacerbée avec un groupe d’acteurs phénoménaux emmenés par le successeur de Depardieu : Vincent Macaigne . A VOIR ABSOLUMENT !!!!
Sur le chemin de l’école, à travers le parcours (au sens propre) d’enfants des quatre continents pour aller à l’école, la réhabilitation de l’école et de l’éducation. Bien fait ! Une leçon pour les enfants et surtout pour les parents.

Semaine du 23 au 29 octobre (semaine des Vies)

Malheureusement ou heureusement des A VOIR ABSOLUMENT !!!!, ce mois-ci il y en a deux avec La Vie d’Adèle, palme d’or à Cannes, Kechiche (L’Esquive, la Graine et le Mulet) est au sommet de son art. Ce long message d’amour, ode aux corps et au cœur vous garantit trois heures de bonheur et d’émotion à travers la magnifique histoire de ....deux filles ! Plein les yeux !!

La Vie Domestique, blues de desperate housewives à la française dans une banlieue BCBG, regard acéré d’une réalisatrice sans pitié sur un monde privilégié ... Précédé d’un excellent court-métrage, le lendemain d’une soirée télé des collégiens se racontent Brokebake Moutain. Ce n’est pas une histoire de cow-boys (eh non !).

Semaine du 30 octobre au 5 novembre

Elle s’en va, pétage de plombs chez la Deneuve : un film en forme d’hommage avec la chanteuse Camille et le peintre Gérard Garrouste, road-moovie d’errance et de rupture : tout plaquer parce qu’un lièvre vient taper dans votre voiture (celui de Vatanen bien sûr !) ou parce que vous êtes en manque cruel de ....cigarettes !
Pour les plus jeunes Lettre à Momo et L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux TS Pivet, tiennent la corde ....

Septembre 2013

Après un assoupissement estival, LMCT essaye de reprendre sa programmation Ciné pour tous les goûts (éclairés !).

Semaine du 11 au 17 septembre 2013

Préférez Hi-jacking si vous aimez les suspens tirés au cordeau, sur la thématique des pirates maritimes, ou Les Apaches pour un très beau portrait de la Corse sur fond de jeunesse perdue .
Les fous de S.F. iront voir Elysium, assez décevant quand même....

Semaine du 18 au 24 septembre 2013

Jeune et Jolie d’Ozon ou Les Salauds de Claire Denis, deux films très bien faits mais qui laissent quelque peu mal à l’aise avec toujours le sexe en toile de fond et des morales parfois hésitantes.

Ceux qui avaient vu et aimé « The Social Network » complèteront leur culture web avec « Jobs », biopic sur le créateur d’Apple ...

Semaine du 25 au 1er octobre 2013

Semaine très chargée puisque,
outre Grand Central, histoire d’amour dans un décor de centrale nucléaire ou histoire documentée (bien) sur le nucléaire avec quelques personnages romantiques (Tahar Rahim, Léa Seydoux avant le Kechiche, Olivier Gourmet magistral...) pour faire passer,
et surtout Une place sur la terre, magnifique histoire d’amour (tragique bien sûr !) autour d’un Benoit Poelvoorde étonnant (« Le plus difficile avec le malheur, c’est de rester modeste, Eléna ! ») , on attend avec impatience Jimmy P. de Desplechin, histoire d’indien et de psychiatre un peu frappés .

Semaine du 2 au 8 octobre 2013

Evitez « Grand Départ » et « Tirez la langue mademoiselle », deux pures escroqueries sur les relations frère/frère, père/fils, eau de rose et bons sentiments .
Préférez Alabama Monroe, à mi-chemin de « La Guerre est déclarée » et « Bonnie and Clyde », trajectoire impossible de deux amants maudits, musique country et tatouage, vous serez retournés ; le meilleur vient souvent de Belgique ou peut-être « Mon âme par toi guérie » que je n’ai pas vu, mais un si beau titre, servi par Depardon et d’excellents comédiens, devrait valoir le détour .

Plus de courts-métrages, il faudra s’y habituer faute de subvention ...

En gras les trois films qu’il faut voir
En italique ce qui est visible

bon Ciné

Fin AOUT 2013<\surfluo>

N’ayant pu vous distiller mes conseils en temps utile et en attendant la rentrée, je vous enjoins fortement pour cette fin août à aller voir :
Gris-Gris, merveilleux film africain, histoire d’amour sur fond de street-danse, plus exactement « danse de bistrot » , avec un acteur -danseur phénoménal jouant son propre rôle
Et ne ratez pas le début de la trilogie Pagnol revisitée par Daniel Auteuil , deux films pour l’instant Marius et Fanny (César sera pour 2014), excellemment joués par Auteuil et consorts (Darroussin, Chazel ...) .
Oui je sais ! leur passage en juillet a été assez chaotique mais n’en veuillez pas à nos projectionnistes, ils ont fait au mieux avec les conditions de diffusion et de transport des films lesquelles n’ont pas été à la hauteur, nous obligeant à annuler plusieurs séances.

JUILLET - AOUT 2013

En Juillet mes conseils seront assez succincts .....

Semaine du 10 au 16 juillet 2013

Allez voir ....La fille du 14 Juillet !, scénario assez décapant dans la déconne, quelques francs rires vous échapperont même si le film ne tient pas toutes ses promesses, les acteurs en font beaucoup (mention spéciale à Vincent Macaigne) !
Ceux qui veulent essayer nos nouvelles lunettes 3D, plus simples ! plus fiables ! iront voir Star Trek , Into Drakness qui tient vraiment la distance dans le genre space opéra très spectaculaire !

Semaine du 17 au 23 juillet 2013

Un excellent petit film avec Djamel Debbouze mais pas dans le premier rôle, Né quelque part où un beur seconde génération retrouve ses racines .....

Semaine du 24 au 30 juillet 2013

.....Allez à la plage ! ou au cinéma à Grenoble , rien à se mettre sous la dent à la LMCT .

Semaine du 31 juillet au 6 août

Pour ceux qui avaient aimé Valse avec Bachir, le réalisateur persiste à mélanger réalité et images de synthèses dans Le Congrès, il en fait même le fond de son scénario en nous contant l’histoire d’une star qui accepte d’être dupliquée ! Sinon un excellent film japonais à la limite du polar et du fantastique en deux épisodes Shokuzai 1, premier épisode cette semaine.

Semaine du 7 au 13 août 2013

Shokuzaï 2 , le tout dure 4 heures mais on ne les voit pas passer !
en deux épisodes aussi le remake pagnolesque réalisé par Daniel Auteuil : Marius puis Fanny, sur ces mêmes deux semaines.

La rentrée sera plus riche !

JUIN 2013

Tout d’abord trois évènements à ne pas manquer

- 7 juin, 20 heures : soirée court-métrages avec la région Rhône-Alpes, beau programme (je l’ai vu) en présence de Daniel Metge, réalisateur du premier court, Mon amoureux , sur le thème de l’amour pour les handicapés, avec dans le rôle principal Miss Ming (actrice de Groland, vue dans Mammuth , et que l’on reverra à l’automne dans le dernier film de Yolande Moreau - chut ! surprise à venir !!!!) (pour ceux qui ne sont pas libres , même programme le 5 à 15h30 en Ciné J avec un débat animé par un critique et analyste ciné )

- 22 juin, dès 17h puis 20h : Journée Guédiguian avec un film sur ( « Robert sans Robert » ) et un film de ( « L’armée du Crime » ) Robert Guédiguian , le tout en présence de Bernard Sasia monteur de la plupart de ses films et auteur du film de début de journée .

- 28 juin, 20 h, Soirée de clôture de la Résidence Ecran Libre , projection du court réalisé par l’atelier encadré par Samuel Aubin, et de quelques autres.

semaine du 5 au 11 juin 2013

en plus de la soirée court-métrage, dirigez vos pas vers :
Hannah Arendt , biopic de la célèbre philosophe juive allemande qui développa la théorie de « la banalité du mal » (le mal n’est pas toujours le fait d’êtres pervers mais bien du citoyen lambda), film instructif sur une pensée atypique.
Les trois autres films ne sont pas sans intérêt, documentaire politique pour rafraîchir la mémoire Free Angela (précédé d’un court métrage), Thriller dans le monde de la psychanalyse Effets Secondaires ou Humour anglais dans une maison de retraite pour vieux musiciens ! Quartet, selon votre humeur du moment .

Semaine du 12 au 18 juin 2013

L’attendu Le Passé qui est passé à coté des Palmes cannoises , sauf Bérénice Béjo (Prix de la meilleure actrice) il est vrai excellente, un enfer familial recomposé comme une suite de Une Séparation le précédent film de l’iranien Farhadi qui tourne ici à Paris et en français ...
Sera concurrencé par La Cage dorée (précédé d’un court-métrage avec Nathalie Baye), excellente comédie lusitano-française qui marche sur les traces des Femmes du 6e étage (beau succès national).
Voir Enfance Clandestine ou la dictature argentine à travers les yeux d’un enfant-ado, très bien fait

Semaine du 19 au 25 juin 2013

en plus de la soirée Guédiguian choisissez :
Only God Forgives (précédé d’un court métrage de Mathieu Kassovitz) avec mesdames le beau Ryan Gossling de plus en plus mutique, une histoire de vengeance tarantinesque (mais sans l’humour propre à Tarantino).

ou Gatsby le Magifique adaptation littéraire assez réussie que vous préfèrerez en 2D à La Mure qu’en 3D à Grenoble ! La grande Bellezza film-dandy italien mérite aussi l’attention .

Semaine du 20 au juin au 2 juillet

Tous les films (ainsi qu’une partie de ceux de la semaine suivante) visibles dans le cadre de la Fête du Ciné (3,5 Euros la place !).

Queen of Montreuil comédie islandaise déjantée pour vous dérouiller les zygomatiques vous donnera suffisamment de bonne humeur pour aller voir :
un film très sombre et sobre, L’attentat tiré de Yasmina Reza ou Stoker remake hitchcockien très très bien fait sur la mal à visage d’ange !
ou encore si Sofia Coppola est toujours aussi bonne filmeuse de son milieu hollywoodien The bling Ring (* précédé d’un court métrage ).
Les 4 à 14 euros !

Semaine du 3 au 9 juillet 2013

Rajoutez à votre Fête du Ciné La Religieuse qui comme son nom ne l’indique pas est un véritable film d’action (scénariste : un certain Diderot). Et entamez l’été avec Les beaux jours nouveau film sur les cougars, avec la divine Fanny Ardant dans le rôle-pas-titre.

Semaine du 8 au 14 mai 2013

Excellent thriller concocté par Soderbergh, Effets secondaires nous emmène dans le monde (pervers) de la psychiatrie et de la dépression où les rebondissements nous tiendront en haleine jusqu’au bout .

Plus politique Le Repenti traite comme son nom l’indique du phénomène des repentis qui après l’Italie a atteint de nos jours l’Algérie. Intéressant, mais attention film sombre ! La leçon d’histoire est complétée par un excellent court métrage d’animation sur la fameuse manifestation d’octobre 1961 à Paris au cours de laquelle l’Etat Français commit un crime (encore secret d’Etat, notamment le nombre de morts).

Semaine du 15 au 21 mai 2013

Grosse semaine et choix difficile (mais les plus courageux choisiront tout !).

Le coup de cœur de la Com Ciné The place beyond the Pines, titre étrange pour un film époustouflant par son scénario digne de Clint Eastwood : au pays de la moto acrobatique un homme lutte pour ses droits de père et le fils quelques années plus tard fera les comptes.

5 caméras brisées, documentaire très original sur la lutte pacifique des occupés de Cisjordanie face à l’Etat occupant (Israël).

Le temps de l’aventure, un journée de folie et de coup de foudre pour l’excellente Emmanuelle Devos. Laissez-vous aller, oubliez (presque) tout avec elle ....Précédé d’un court-métrage musico-vaudevillesque, muet et en noir et blanc, vraiment à voir.

Enfin, comment faire l’impasse sur l’adaptation de L’écume des jours : l’univers de Vian totalement respecté voire magnifié par Gondry, venez écouter pousser le nénuphar dans les poumons d’Audrey Tautou, plus poétique que médical rassurez-vous !

Semaine du 22 au 28 mai 2013 semaine verte

C’est la couleur en effet de « Promised Land » de Gus Van Sant qui nous narre les pérégrinations d’une équipe de démarcheurs/prospecteurs d’une société qui pourrait être Total (Global dans le film) auprès des habitants des campagnes américaines pour leur acheter le droit de prospection pour le gaz de schiste. D’actualité donc mais la morale ne sera pas celle que l’on croit ! (ou que l’on souhaite).

Vert encore le documentaire Pierre Rabhi, au nom de la Terre qui retrace le parcours et les idées d’un apôtre du développement durable, voire du non-développement. Précédé d’un court-métrage, faux documentaire audacieux sur la mondialisation

Les moins sensibles à l’Environnement pourront se rabattre sur Oblivion, excellente Science Fiction avec Tom Cruise, ou Les Gamins, comédie française légère sur le mal de la cinquantaine .

Semaine du 29 mai au 4 juin 2013

Il n’ y a qu’un choix possible pour cette semaine c’est MUD, car ce sera le film de l’année (même si présenté à Cannes 2012 ! et arrivé sur nos écrans que ce 1er mai 2013 !), film d’aventure (on pense irrésistiblement au Tom Sawyer de Mark Twain), film d’angoisse (rappelle La Nuit du chasseur), conte sur l’amitié et l’amour, des personnages inoubliables ... Au bord du Mississipi, Jeff Nichols raconte pour son héros le passage de l’adolescence à l’état adulte, une leçon de vie à dimension mythologique.

La Résidence LMCT / Ecran Libre-Samuel Aubin se poursuit pour deux mois encore, notez :

  • Au Théâtre le 14 mai, 20h, Au feu les pompiers de Milos Forman (Vol au-dessus d’un Nid de Coucou) satire politique du réalisateur tchèque, un an avant l’entrée des chars soviétiques dans Prague.
  • A Notre Dame de Vaux, Auberge de 4 chemins, 20h, Samuel Aubin, après une lecture d’étape de son Scénario de Ala-Too ou l’invitée du futur, animera une discussion autour de Le Bonheur de Medvekine, un monument du cinéma par un ancêtre du cinéma de propagande et militant.

Semaine du 10 au 16 avril 2013

20 ans d’écart, excellente comédie française, sans prétention autre que de vous faire passer un excellent moment. C’est bien le thème des couguars (ici une femme de 40 ans s’amourache d’un jeune homme de 20 ans) mais sur un mode très soft ! (pour le « hard » aller voir plus loin du côté d’Almodovar).

La Démora, film mexicain particulièrement émouvant sur la difficulté à se soutenir d’une génération à l’autre, surtout dans des conditions économiques difficiles et quand la maladie d’Alzheimer s’en mêle. Précédé d’un petit court-métrage humoristique sur le même passage de témoin intergénérationnel ...

Camille Claudel , attention film âpre et dépouillé, à voir pour le témoignage sur la folie et la beauté sans maquillage de LA Binoche .

Enfin séances de rattrapages pour ceux qui ont raté Wadjda (mardi 16 à 17h15, séance pour les lycéens mais ouverte au public) et/ou Même la pluie, le même jour dans le cadre de la Résidence Ecran Libre/LMCT (20h).

Semaine du 17 au 23 avril 2013

Cloud Atlas par les auteurs de Matrix, six histoires entremêlées dans le temps ( passé-présent-futur ) que vous aurez du mal à démêler mais qui vous envoûtera (Science Fiction et Fantastique).
No ou une campagne électorale traitée comme une campagne publicitaire, au Chili, instructif !

Semaine du 24 au 30 avril 2013

Festival Allons enfants pour les plus jeunes 5 films dont une sortie nationale (Tad l’explorateur) pour cette première semaine de vacances ...
Les adultes se rattraperont avec Les amants passagers de Almodovar, plus « cru » que « hard » en fait, équipage et passagers d’un avion en détresse se lâchent (sexe, alcool et mescaline mais surtout beaucoup d’humour) et mon conseil du mois, le court-métrage en ouverture I’m your man avec Vincent Macaigne dans une situation scabreuse et hilarante (Ce n’est pas ce qui est annoncé dans le carré mais c’est bien cela qui sera programmé).
Rattrapage toujours ( merci Nadège ! ) avec Au bout du Conte (les Contes traditionnels à la sauce Jaoui / Bacri, tels qu’en eux mêmes, voir chronique du mois dernier).

Semaine du 1er au 7 mai 2013

N’évitez pas Stories we tell chronique familiale à mi-chemin du documentaire . Excellente réflexion sur la trace que nous laisserons après nous, sur la vérité (chacun la sienne), l’identité , la parentalité etc.... Secouant et régénérateur ! (précédé d’un court métrage).

Enfin je rappelle le démarrage de la Résidence Ecran Libre /LMCT avec des projections tout azimuts, notamment : * séance d’ouverture le 2 avril, c’est déjà demain !, Train de nuit, au théâtre * Même la pluie déjà cité le 16, au théâtre * Flacky et ses camarades le 26 à la Mine Image (La Motte d’Aveillans).
Toutes séances à 20 heures, pour se donner le temps de discuter avant et après les séances !


Semaine du 6 au 12 mars 2013

Ne surnagera de cette semaine que Elephanto blanco qui retrace la lutte de deux prêtres ouvriers et d’une assistante sociale dans les bidonvilles du Buenos Aires. Pas franchement optimiste mais une réalité sociale parfaitement décrite, très belle image, acteurs remarquables. Précédé d’une perle de court-métrage La mina del Oro, humour noir espagnol .
Pour les petits, Monstres pas si monstrueux, un montage de 5 courts métrages de qualité, plutôt souriants.

Semaine du 13 au 19 mars 2013

Wadjda, le coup de cœur du mois, à absolument ne pas rater.Premier film issu d’Arabie Saoudite, film de femme sur la condition féminine, une histoire tout en sobriété et en finesse qui dénonce l’air de rien les abus d’une société hyper-religieuse. Un conte moderne. Là encore précédé d’un court(8mn)- métrage sur la thématique du voile .
Les fans pourront aller voir Hitchcock qui retrace un épisode de la vie et de la carrière du maître (la genèse et le tournage de Psychose).

Les jeunes iront voir l’ersatz de Twilight sans vampire mais avec enchanteresse/sorcière.

Semaine du 20 au 26 mars 2013

Je passerai sur Les Misérables, comédie musicale américaine de 2h30.
Week-end Royal avec Bill Murray dans le rôle de Roosevelt en séjour en Angleterre, une savoureuse confrontation entre les mœurs britanniques et royaux et ceux, plus démocratiques, américains. Court-métrage sympa en entrée Heureux anniversaire.

Semaine du 27 mars au 2 avril 2013

Film d’animation sur la maladie d’Alzheimer, La tête en l’air permet d’aborder un problème grave de manière douce. Sur le même thème le court-métrage qui précède, De riz ou d’Arménie est un chef d’œuvre de délicatesse. Les deux ensemble = une belle soirée en perspective.
Documentaire écologique et militant, Des abeilles et des hommes tire la sonnette d’alarme sur l’avenir de ces insectes .
Enfin, à condition de ne pas prendre l’avion dans les semaines qui suivent, Flight est à voir, beaucoup plus qu’un film catastrophe, une réflexion sur l’addiction alcoolique, voire sur l’impératif de ne pas mentir à soi-même et aux autres. Hollywoodien mais passionnant avec un acteur fabuleux (Denzel Washington).

Semaine du 3 au 9 avril 2013

Dernier opus de Jaouï/Bacri Au bout du Conte : ils font tout, le scénario, la mise en scène (signée d’elle mais parions qu’il y met - en grommelant - son grain de sel), les acteurs, pour un méli-mélo de contes modernes. Précédé d’un véritable bijou de court-métrage « à chute », Suiker en hollandais.
Syngue Sabour (la pierre de patience). Le roman était saisissant (avis aux lectrices à voix haute), prix Goncourt 2008, à voir si passe à l’écran ce long monologue intérieur de 150 pages. Mais Atiq Rahimi a mis en images lui même son roman alors ...


Semaine du 6 au 12 février 2013

Ne pas manquer Rengaine, un des chocs de l’année dernière, un film tourné à la caméra stylo sur plus de neuf ans qui vous conte une sorte de Roméo et Juliette moderne, black et beurette auront du mal à s’aimer au vu et au sus de tout le monde, y compris les 40 frères de la meufette. Un film de jeune pour les jeunes....mais n’hésitez pas à y aller !

Alceste à bicyclette, c’est pas Paulette justement, variations autour de deux cabots (au sens cabotin du terme) et autour du Misanthrope ; deux fameux acteurs ( Fabrice Luchini et Lambert Wilson) rivalisent pour l’amour des textes et ....(bien sûr) d’une belle italienne, en parcourant à vélo les magnifiques paysages de l’île de Ré. (pas vu Jospin !)

Enfin n’hésitez pas non plus à voir The Master, certainement un des films marquant de ce début d’année, beaucoup plus que la simple genèse de la scientologie et de son fondateur Ron Hubbard, une histoire de domination et de résistance à l’ordre établi (fut-il celui d’une secte !). Un phénoménal affrontement entre deux acteurs - Joaquin Phoenix et Philip Seymour Hoffman - tous deux dans l’excès mais quel excès ! Grand film d’un des grands réalisateurs hors système hollywoodien.

Semaine du 13 au 19 février 2013

Semaine moins chargée où « Django Unchained » , le dernier Tarantino, est incontournable. Après les nazis ( Inglorious Bastards ), Quentin Tarantino régle leur compte aux racistes de tout poil en organisant le voyage vengeur d’un chasseur de primes noir au pays des sudistes. Violence extrême - Il y aura du sang , il y aura des larmes- mais il y aura du rire aussi car, qui tue plus sûrement que le ridicule ? 2h30 de pure folie qui refont une fois de plus le monde grâce au cinéma .

Pour le reste Comédie non-shakespearienne, « La stratégie de la poussette  » dont je ne réponds pas et documentaire un rien nostalgique « Les prés d’en haut » sur l’agriculture d’avant mais avec en support un Ciné + ( le 19 à 20 h ), débat en présence des agriculteurs d’aujourd’hui et même de demain ( ferme de St Luce et consorts du Beaumont )

Semaine du 20 au 26 février 2013

(2 films à ne manquer sous aucun prétexte , organisez-vous !)
La Parade , comédie déjantée, film à nationalités multiples dans la production, nationalités que l’on retrouve dans cette sorte de 7 mercenaires (qui ne sont pas 7) anciens de la guerre civile de l’ex-yougoslavie amenés par le plus pur des hasards à encadrer/protéger la première Gay-Pride de Belgrade. La confrontation de ces mondes ultra macho et homo , dans un rythme permanent, vous emmènera dans un vaste éclat de rire à découvrir une belle leçon de tolérance.

Blancanieves, sur la trace de The artist et de Tabou , encore un film en noir et blanc et sans dialogue ( mais loin d’être muet , bande sonore TRES présente !), mélangeant allègrement les contes traditionnels, Blanche neige (là encore les 7 nains ne sont que six !) se transformant au fil du film en Belle au bois dormant , au patrimoine culturel espagnol (tangos et corridas au premier plan) pour un opéra expressionniste fulgurant .

Semaine du 27 février au 5 mars 2013

Zéro Dark Thirty
En course aux Oscars , la polémique majeure de ce début d’année. Apologie de la CIA ou dénonciation de l’omnipuissance américaine ? A vous de juger.
En tout cas un grand film d’action (2h30) , et de suspens, même si on en connaît la fin (mais pour Titanic aussi !). « Jackpot probable ! » concluera le chef du commando qui vient de tuer Ben Laden au bout de cette longue traque .Comme dirait Brassens : « La suite lui prouva que non ! »

Très raisonnable ce mois-ci , puisque je ne vous propose que 7 films !

Autres courts sur Cookie (3e semaine) et Turf (4e semaine) mais ne vous désespérez pas le mois prochain ou celui d’après un programme spécial courts de la Région Rhône Alpes (5 courts métrages) sera diffusé sur nos écrans ....A suivre !

Connexion